Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’APST poussée à revoir son modèle

Le fonctionnement collectif et solidaire de l’association est mis à mal par des dossiers de plus en plus lourds.

«L’APST doit vivre avec une profession fragilisée et être plus interventionniste », a réaffirmé Raoul Nabet, président de l’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APST), lors du dernier congrès du réseau Manor. Alors que les pertes subies par le fonds de garantie professionnelle ont été doublées, à hauteur de 6 ME pour l’exercice 2009-2010 clos le 30 septembre, le président de l’association a fait part à la fois de son dynamisme dans la gestion des dossiers, mais aussi d’un certain désarroi devant l’évolution de la profession. Pas encore tout à fait dépassée, l’APST devra réfléchir, à moyen terme selon son président, à l’adéquation de son fonctionnement face aux nouveaux enjeux financiers du secteur. Interpellé lors du congrès de Manor sur la protection des agences contre les défaillances des tour-opérateurs, Raoul Nabet a rappelé que l’APST « appliquait la garantie de protection du consommateur qui lui est demandée par les textes de lois », et que pour qu’une garantie BtoB voie le jour, il faudrait alors redéfinir le niveau de cotisations. « Les risques et le prix ne sont pas les mêmes », a-t-il insisté. Un chantier que Raoul Nabet se déclare prêt à ouvrir, après avoir scellé le dossier en cours sur la création d’une caisse de caution des agences pour les agréments fournisseurs (Iata, Sncf…). « 20 % des agences de voyages ont besoin d’une caution extérieure pour répondre aux critères de liquidité demandés, notamment par Iata et la Sncf », a expliqué le président. Avec les nouveaux critères Iata, d’autres agences se verront refuser une caution par leur établissement financier. « L’APST, dit-il, doit aider les agences à faire face à ces demandes de caution ». Marsans, Nosylis, Exploraction, les récents dossiers sont aussi les plus lourds financièrement. « La réassurance de l’association a été validée pour l’exercice 2010-2011, mais la situation n’est pas durable, j’ai l’espoir que le nombre d’accidents ira en décroissant avec plus de prévention », a conclu Raoul Nabet.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique