Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jamaïque : de nouvelles ambitions sur le marché français

La destination se dote pour la première fois d’une représentation dans l’Hexagone, avec l’espoir d’attirer 50000 voyageurs français à l’horizon 2020.

Planning chargé pour le ministre du Tourisme et de le directeur de l’Office du tourisme de la Jamaïque, actuellement présents à Paris pour une série de rencontres avec les professionnels du tourisme. Car la destination a de nouvelles ambitions sur le marché français. Depuis le début du mois de septembre, la Jamaïque s’y est en ce sens dotée d’une représentation en signant avec l’agence Indigo Unlimited. “Il est temps que la Jamaïque ait sa part du marché français !”, lance  Edmund Bartlett, regrettant que la longue histoire qui lie déjà les Français aux Caraïbes ne se limite qu’à leur partie française. Objectif, donc : faire décoller les chiffres, en espérant attirer quelques 50000 voyageurs français à l’horizon 2020. En 2017, ils étaient un peu plus de 7000 à prendre leur billet pour “le jardin des Caraïbes”, un chiffre en progression, à l’instar de la fréquentation internationale globale. Sur cette même année, le pays a accueilli au total 4,3 millions de touristes internationaux, soit 500 000 de plus que l’année précédente.

Plus que du all inclusive

Pour attirer les voyageurs, la Jamaïque entend bien capitaliser sur ses atouts, en tête desquels la musique, la nourriture – et le jerk, incontournable de l’île – le sport ou la culture. “Mais notre atout le plus précieux, c’est notre population !”, martèlent les deux représentants de la destination. “En Jamaïque le tourisme n’est pas une industrie, c’est une culture !”

Pour élargir son visitorat la Jamaïque veut aussi effacer quelques idées reçues. En montrant notamment qu’elle n’a pas que des resorts all inclusive à offrir, mais aussi des boutiques hôtels et des adresses plus confidentielles. Une palette d’ailleurs vouée à s’élargir, avec l’ouverture de 15 000 chambres supplémentaires à l’horizon 2021-2022 et l’arrivée de nouvelles chaînes internationales.

Il lui faudra néanmoins remédier à quelques points faibles. D’abord en rassurant touristes et professionnels sur la sécurité de la destination. Un état d’urgence a en effet été décrété par le gouvernement jamaïcain dans la région de St James (incluant Montego Bay), ainsi que dans certaines zones des régions de Kingston, St Andrew et Ste Catherine, en raison d’une hausse de la criminalité. Des zones qui ne font néanmoins l’objet d’aucune restriction de séjour. “Ces mesures sont prises à titre préventif, pour être certains que nous n’arriverons jamais au point où nos visiteurs courent un quelconque risque, insiste le ministre du tourisme. La Jamaïque est sûre pour les touristes. 40% de nos touristes sont des repeaters, cela prouve bien qu’ils se sentent en sécurité.”

Améliorer la desserte aérienne

La destination veut aussi améliorer sa connexion aérienne avec la France, qui ne bénéficie pour le moment d’aucun vol direct. Des échanges doivent avoir lieu ces jours-ci avec des compagnies aériennes pour tenter d’améliorer la desserte.

Le tourisme est la première économie de la Jamaïque. En 2017, le secteur a rapporté au pays 3 milliards de dollars de revenus. L’objectif est d’atteindre les cinq milliards à l’horizon 2021, tous marchés confondus, et un total de cinq millions de touristes.