Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Inde : touristes, méfiez-vous… des singes

Deux visiteurs français ont été attaqués par un groupe de primates au Taj Mahal. Les autorités recommandent aux touristes de se tenir à l’écart. Parallèlement, le Quai d’Orsay vient de publier une alerte au virus Nipah dans le Kérala.

carnet de l'entreprise

Ils font partie du décor et sont révérés dans cette région hindoue… mais mieux vaut les observer de loin. Mardi, des singes s’en sont pris à deux touristes français alors qu’ils étaient en train de faire des selfies lors de leur visite au Taj Mahal. Les deux touristes ont été légèrement blessés, souffrant d’égratignures et de morsures.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident arrive : l’an dernier, une touriste avait été blessée en essayant de récupérer son sac chapardé par un primate.

En conséquence, les autorités indiennes ont décidé de mettre les touristes en garde contre les primates en leur demandant de rester à l’écart, et de ne surtout pas les nourrir. Ces animaux peuvent en effet représenter une menace dans de nombreuses villes indiennes, saccageant parfois tout derrière eux et s’en prenant à des gens, notamment pour voler leur nourriture. Selon leurs défenseurs, ces problèmes découlent de l’empiètement des zones urbaines sur leur habitat naturel. L’Inde compterait quelque 50 millions de singes, dont environ 10000 à Agra, ville où se trouve le mausolée moghol. Selon des chiffres officiels, ils ont mordu 1900 personnes dans la capitale New Delhi en 2016.

Alerte au virus Nipah

Mercredi matin, le Quai d’Orsay a par ailleurs publié une alerte au virus Nipah dans ledistrict de Khozikode (Calicut) au nord de l’Etat du Kérala, où plusieurs décès attribués aux virus ont été signalés.

« Les autorités locales ont mis en place des mesures de surveillance sanitaire afin de contenir ce virus », indique le ministère des Affaires étrangères. « La transmission à l’homme peut survenir après un contact avec des animaux infectés, notamment des chauves-souris ou des porcs. Des cas de transmission interhumaine sont également possibles. Il n’existe pas de vaccin ». Les personnes infectées peuvent présentée des symptômes respiratoires aigus ou des symptômes encéphaliques mortels. « En cas de doute, il est recommandé d’aller consulter à l’hôpital le plus proche, ajoute le ministère des Affaires étrangères. Il est recommandé d’éviter les contacts avec des animaux malades, notamment les chauves-souris et les porcs, dans les zones concernées et d’éviter de consommer du jus de palmier-dattier, qui peut être contaminé. »

carnet de l'entreprise