Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Hôtellerie : « Il va y avoir des opportunités pour ceux qui sauront réinventer les codes »

« L’audace », ce sera le thème de la prochaine édition du Salon Equiphotel, qui se tiendra du 3 au 7 novembre à Paris Expo Portes de Versailles.

« Cette année, nous avons choisi de travailler sur le thème de l’audace collective, avec le slogan ‘Osons’, qui nous semblait parfaitement adapté au contexte, » a lancé Béatrice Gravier en ouverture de la conférence de presse du Salon EquipHotel. La prochaine édition du salon n’aura lieu que dans six mois mais déjà, le programme s’annonce dense pour les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration qui arpenteront les allées de la porte de Versailles du 3 au 7 novembre. Ils sont attendus nombreux : organisé tous les deux ans, la grand-messe du CHR avait attiré 113000 visiteurs en 2022, venus à la rencontre de 1200 exposants.

Si la situation politique actuelle génère un certain attentisme, les indicateurs étaient au vert ces derniers mois dans l’hôtellerie. « Le secteur reprend des couleurs, s’est réjouie Béatrice Gravier. Nous avons passé le cap du Covid et retrouvé nos indicateurs d’avant-crise. » La période n’est pour autant pas dénuée de défis, loin s’en faut. Et d’évoquer notamment l’épineuse problématique des recrutements, ou les nombreux « mouvements dans [le] secteur, avec de nombreux établissements qui changent de main. » Mais aux yeux de la patronne d’EquipHotel, le contexte reste globalement favorable. « Oui, il va y avoir des opportunités dans les mois et les années qui viennent dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Pour ceux qui savent faire de l’hôtellerie, qui sauront réinventer les codes et mettre en place de nouvelles formes d’hospitalité. D’où ce slogan qui nous a semblé tout à fait correspondre à l’esprit du moment. »

La tech et le bien-être montent en puissance

Un esprit d’innovation qui s’incarnera dans les différents espaces du salon. « A travers nos zones d’inspiration, notre programmation globale de conférences, d’événements, de rencontres, nous allons mettre en avant des expériences, des personnalités qui ont justement cette faculté de bousculer les codes. » 

Le salon sera organisé autour de quatre univers : foodservices, design, wellness (bien-être), tech & services, ces deux derniers étant en forte croissance cette année. Une douzaine d’espaces expérientiels viendront illustrer des cas pratiques pour répondre aux questionnements des hôteliers. Une collaboration entre l’enseigne Okko Hotels et l’Ameublement français mettra ainsi en lumière les innovations en matière d’éco-conception des chambres d’hôtels. Avec l’ambition de donner la preuve par l’exemple que le « Fabriqué en France » peut être compétitif, durable, esthétique et confortable. 

« Notre objectif, c’est de donner des clés, mettre en relation, permettre aux professionnels de développer leur établissement, de le gérer au mieux. Nous voulons les accompagner dans leurs projets de rénovation ou d’achat, tant d’un point de vue stratégique qu’économique. (…) Et puisque que nous constatons de nombreux mouvements dans l’hôtellerie, nous voulons aussi faire en sorte que les investisseurs soient nombreux et très présents sur le salon cette année », a souligné Béatrice Gravier.

125 projets hôteliers dans les cartons

Le marché est effectivement actif. « Il y a des destinations très fortes qui se déploient, avec environ 125 projets hôteliers dans les cartons d’ici 2026, malgré l’augmentation des coûts d’intérêt, du coût du capital… On voit bien que ça progresse, a expliqué pendant la conférence Stéphane Botz, le directeur pour la France de KPMG Hospitality. Certaines grandes métropoles comme Paris, Nice-Côte d’Azur, Toulouse ou Bordeaux se démarquent et captent plus de projets. L’offre s’y déploie davantage car ce sont des territoires qui se sont enrichis sur le plan culturel et touristique et où la fréquentation a évolué. »

Les Jeux olympiques devraient entretenir le dynamisme du marché dans les années qui viennent. « Les années de Jeux olympiques, ça fait fuir autant de clients que ça en maintient, estime Stéphane Botz. Les spécialistes s’attendent globalement à un tassement des recettes touristiques. Mais l’important, ce sont les effets d’appel d’air, d’activité et de fréquentation post JO, car il y a un niveau d’image qui se dégage de la destination beaucoup plus fort. » 

En 2023, le secteur a affiché un chiffre d’affaires en hausse de 10%, comparé à une année 2022 déjà en progression, avec un RevPar en hausse de 9%. La fréquentation a continué de croître (+3%) avec des prix moyens toujours en hausse (+7%), selon KPMG.

Au-delà des Jeux olympiques, les projections de l’évolution du Revpar sont de l’ordre de +5% à Paris, +3,5% sur la Côte d’Azur et 3,7% en régions sur l’année 2024 par rapport à 2023. 

Le parc hôtelier français comptait 657 000 chambres au 1er janvier 2024, représentant 27,2% de l’hébergement marchand en France, et se classant 2e derrière l’hôtellerie de plein air, qui représente près de 36% de la capacité d’accueil.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique