Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Happy Travel cède Pleine Evasion

La holding financière qui avait commencé à investir dans le tourisme en 1998 et aqui vait l’ambition, par rachats successifs et en faisant jouer les synergies, de constituer un pôle touristique de 150 M€ de chiffre d’affaires, vient de céder Pleine Evasion. Après MMV il y a deux ans et Directours l’année dernière, c’est donc la troisième marque qui sort du giron du groupe désormais uniquement constitué du TO niçois Plein Vent.
Pleine Evasion a été cédé le 26 mai dernier à Auxigène/Le Temps de Vivre, un autre spécialiste des groupes. Le montant de la transaction n’est pas révélé. «Nous avions déjà des vues sur Pleine Evasion il y a un an et demi », confie Jean Baillon, gérant d’Auxigène. Entre temps, le TO dont le chiffre d’affaires a été divisé par quatre en quatre ans, passant de 21,5 M€ en 1998 à 5,5 M€ l’année dernière, a été restructuré et ses effectifs fortement réduits. « Nous reprenons donc une entreprise restée rentable mais redimensionnée avec 11 salariés. Cette acquisition, nous permet de compléter idéalement notre activité de groupiste ».
Crée en 1996, Auxigène s’est fait une spécialité des voyages culturels pour les groupes du 3eme âge. Le voyagiste a donné un coup d’accélérateur à son activité il y a deux ans en reprenant Le Temps de vivre, un TO du groupe Univers (également propriétaire de Hormès). Auxigène/le Temps de vivre qui emploie également 11 personnes a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 4,4 M€ avec un résultat d’exploitation de 800 000 €. « Jusqu’à présent, notre offre était très concentrée sur la France et le moyen-courrier, avec pour principale clientèle des associations, collectivités locales et comité d’entreprises. Pleine Evasion qui a également une bonne assise auprès des CE mais travaille aussi avec les agences en GIR et avec la grande distribution, est plus orientée vers le long-courrier.» Dans un premier temps, les deux marques devraient être conservées. Jean Baillon table sur un chiffre d’affaires de 10M€ pour la nouvelle entité en 2004.