Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Haïti : 10 jours après l’ouragan, pouvez-vous y envoyer vos clients?

 »

Destination prometteuse l’an dernier, Haïti va-t-elle de nouveau disparaître de la carte des destinations touristiques après le passage de l’ouragan Matthew ? Moins de sept ans après le terrible séisme de 2010, le pays subit en effet un nouveau coup dur. Le dernier bilan de la protection civile haïtienne fait état d’au moins 473 morts, 75 disparus, et plus de 175 500 sinistrés se trouvant dans des refuges temporaires.

90% des infrastructures touristiques épargnées selon le gouvernement

Pour autant, tout le pays n’a pas été affecté de la même façon. Si le sud de la péninsule, des Cayes à Jérémie, a été gravement touché, les départements de l’Ouest, du Grand Ouest et de l’Artibonite l’ont bien moins été. C’est précisément dans cette région que se trouve le Lookéa Magic Haïti, ouvert fin 2015, l’unique club de l’île à destination du marché francophone. Il est à un peu plus d’une heure de route de la capitale Port-au-Prince, elle aussi relativement épargnée par l’ouragan.

"Les deux aéroports internationaux de Port-au-Prince et Cap Haïtien n’ont subi aucun dommage. Ils sont ouverts et pleinement opérationnels depuis le 5 octobre, et toutes les compagnies assurent leurs vols", informe le Ministère du Tourisme haïtien dans un communiqué du 11 octobre, en précisant que "90% des infrastructures touristiques" s’en sont sorties indemnes.

Le club Lookéa est intact

Même constat rassurant du côté de Look Voyages qui continue d’accueillir des clients français dans les mêmes conditions. "Le club a subi quelques dégâts mineurs mais tout a déjà été réparé et remis en ordre, tandis que la plage a été nettoyée. Toutes les excursions, à Port-au-Prince, Kenscoff, la Plaine du Cul de Sac, ou encore Montrouis, sont maintenues", assure un porte-parole. Le club a d’ailleurs reçu 27 clients dimanche dernier, 6 ce vendredi 14 octobre, et 29 dimanche prochain.

Pierre Chauvet, directeur de l’Agence réceptive Citadelle, s’émeut de voir Haïti de nouveau présenté comme un pays ravagé et infréquentable. "Les régions de Port-au-Prince/Pétion Ville et du  Cap Haïtien n’ont quasiment pas subi les conséquences de l'ouragan. Tout a déjà été nettoyé et les entreprises comme les écoles fonctionnent à la normale", explique-t-il.

"Sur la Cote des Arcadins et dans la région de Jacmel, quelques plages avaient été secouées. Tout  a déjà été retapé à  80%, et les hôtels de plage fonctionnent y compris le Lookéa qui est à 100% opérationnel", détaille-t-il encore. Sur place, les professionnels du tourisme rappellent par ailleurs que pour se relever, Haïti a besoin de créer de la richesse et des emplois durables.

Vacanciers de Look Voyages en excursion à Port-au-Prince le 13 octobre. Photographie de Pierre Chauvet.

 

Le Quai d'Orsay ne change pas ses conseils aux voyageurs

Sur la plan sanitaire, tandis qu’un pic d’épidémie de choléra est attendu dans les régions les plus affectées, le Quai d’Orsay n’a pas modifié ses conseils aux voyageurs. "Le risque de contamination pour les voyageurs est relativement faible et la prévention générale repose sur les règles élémentaires d’hygiène (lavage des mains, hygiène alimentaire, utilisation des installations sanitaires)", est-il indiqué sur son site internet.

Depuis 2011, le pays met tout en œuvre pour redevenir une destination touristique de premier plan. Longtemps dans l’ombre de sa populaire voisine, la République dominicaine, il met en avant ses atouts balnéaires et culturels, mais aussi sa francophonie et son sens de l’accueil.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique