Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève SNCF : le ton se durcit dans les gares parisiennes

La Gare du Nord et la Gare Saint-Lazare ont voté lundi en assemblée générale le principe de la grève reconductible tous les jours à partir du 13 avril.

Alors que les deux prochains jours de grève sont annoncés pour les 13 et 14 avril, le calendrier des dates fixées pour les trois prochains mois pourrait être amené à évoluer. D’après un article de Libération, les gares d’Austerlitz, du Bourget, Saint-Lazare ainsi que la Gare du Nord ont voté en assemblée générale le principe d’une grève reconductible tous les jours, à partir du 13 avril, allant donc au-delà des consignes nationales. Un procédé contre lequel Mathias Vicherat a mis en garde, mardi matin. « Nous espérons que SUD ne sera pas suivi dans des volontés de blocage. Sinon, évidemment, s’il y a des volontés de blocage, nous irons utiliser tous les moyens nécessaires pour faire en sorte que ces blocages cessent », a assuré le directeur général adjoint de la SNCF. Interviewé sur Radio Classique, Mathias Vicherat entrevoit plutôt “une volonté de sortie de conflit”.

 

20 millions d’euros par jour pour la SNCF

« Il y a (eu) une baisse du taux de grévistes », dimanche et lundi par rapport aux deux premiers jours du mouvement, a noté Mathias Vicherat, ajoutant que le trafic était redevenu « quasi normal » mardi. « En revanche, en ce qui concerne les métiers les plus indispensables au fonctionnement des trains, c’est-à-dire les conducteurs et les contrôleurs, le taux baisse très peu puisqu’il est autour de 70%, ce qui explique que le plan de transport ne s’est pas largement amélioré entre le 3 et le 4 et le 8 et le 9 » avril, a-t-il reconnu. D’après Guillaume Pepy, le mouvement social coûte chaque jour 20 millions d’euros à la SNCF. Les Entreprises du Voyage se sont aussi alarmées de la situation lundi, chiffrant notamment « le surcroît de travail auquel doivent faire face les agences de voyages pour réorganiser les déplacements de leurs clients est estimé à 500 000 € par jour de grève ».

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique