Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève SNCF : les point sur les perturbations

Le troisième round de la grève perlée débute vendredi, jour de départ en vacances pour la zone C.

Le taux de grévistes s’établissait vendredi matin à 22,5% selon les informations transmises par la direction de la SNCF, contre 24,9% le 9 avril. Si le chiffre s’oriente toujours à la baisse, le nombre de grévistes “opérationnels”, conducteurs et contrôleurs notamment, reste malgré tout élevé, avec respectivement 66% et 60%. En conséquence, le trafic reste très perturbé sur le réseau ferroviaire les 13 et 14 avril, et la SNCF « invite les clients dont les trains ne seraient pas confirmés ce vendredi 13 avril à reporter leur voyage et à ne pas se rendre en gare. Les billets non utilisés seront échangés ou remboursés sans frais. » 

Selon les prévisions transmises jeudi soir par la SNCF, un TGV sur trois devrait rouler, un Intercités sur cinq, trois trains sur cinq pour l’international notamment, avec un trafic normal ou quasi normal pour Eurostar et Thalys, mais pas de trains vers l’Italie ou l’Espagne. Les situations peuvent en effet fortement varier selon les lignes. Ainsi pour le RER B, qui dessert les aéroports d’Orly et de Roissy, le trafic sera normal sur le tronçon RER B sud, mais de deux trains sur cinq vers le nord, l’interconnexion étant suspendue Gare du Nord. Sur les Intercités, on ne comptera par exemple qu’un train sur dix sur la liaison Paris-Limoge-Toulouse, mais un train sur trois sur l’axe Paris-Caen-Cherbourg.

“Des ouvertures” et “quelques avancées”

Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, a indiqué jeudi qu’il “irait jusqu’au bout” de la réforme ferroviaire, Laurent Berger, le numéro de la CFDT a salué vendredi matin, sur RTL, des « ouvertures » et « quelques avancées » du gouvernement concernant la réforme de la SNCF, notamment sur l’ouverture à la concurrence.  « Hier les cheminots CFDT ont reçu un courrier de la ministre qui montrait que sur la question de l’ouverture à la concurrence, il y avait eu quelques avancées avec la prise en compte d’amendements portés par les cheminots CFDT », a notamment précisé Laurent Berger, évoquant notamment la question de la portabilité des droits d’un opérateur à l’autre et “un droit de retour” en cas d’opérateur défaillant.

« Maintenant il faut aller plus loin sur les autres sujets », a-t-il ajouté. Reste notamment sur la table la question de la reprise de la lourde dette ferroviaire. Jeudi, lors de son interview télévisée, Emmanuel Macron a indiqué que la dette « sera pour partie progressivement reprise à mesure que » les réformes demandées par le gouvernement « se font ».

Round suivant de la grève perlée, qui doit durer jusqu’en juin : mercredi 18 et jeudi 19 avril.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique