Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Europacity : On ne fera pas Dubaï aux portes de Paris

 » Face aux résistances que suscite ce projet de complexe touristique XXL, le promoteur d’Europacity en a présenté mercredi une version revue et corrigée. »

Articulé autour d’une place centrale, le plan d’origine évoquait une soucoupe volante posée à proximité des aéroports de Roissy et du Bourget. Prenant acte des oppositions engendrées par l’implantation, d’ici 2024, d’un complexe commercial et touristique de 80 hectares dans le triangle de Gonesse (est du Val-d’Oise), le promoteur d’Europacity a revu sa copie.

"Nul n’est un meilleur expert de ses besoins, de ses craintes et de ses désirs que la population locale", estime Bjarke Ingels, l’architecte du projet. Présentée mercredi, la nouvelle mouture entend se rapprocher "d’un quartier de ville", "avec des rues, des places, un parc urbain, une ferme urbaine de sept hectares", a détaillé le directeur des opérations d'Europacity. Afin de produire une "variété architecturale", huit bâtiments "iconiques" (salle de concert, salle de cirque contemporain, centre culturel dédié au cinéma), dont cinq hôtels, font l'objet de concours d'architectes. Il s’agit du plus important concours d’architectes jamais organisé par un opérateur privé en France, souligne Eurpacity.  Le "parc des neiges", et sa piste de ski, qui concentrent une partie de l’opposition au projet, sont en revanche maintenus.

Porté par la filière immobilière du groupe Auchan et le conglomérat chinois Wanda, ce projet de 3,1 milliards d’euros doit ouvrir ses portes d’ici 2024. Son ambition est d’attirer chaque année 31 millions de visiteurs (gratuits et payants). Il cible le public francilien, mais aussi les touristes, nationaux et internationaux. "Son objectif est d’accompagner le développement du Grand Roissy, au bénéfice direct des habitants du territoire. EuropaCity est un des projets emblématiques du Grand Paris", précise le promoteur.

"Le projet continuera à évoluer"

Mais depuis sa présentation, le projet rencontre de vives oppositions, notamment dans les milieux écologistes qui dénoncent son gigantisme, et la consommation de terres arables.

Fin août, un commissaire-enquêteur a rendu un avis défavorable à la révision du plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse, dans lequel doit s’inscrire le projet, l’estimant "peu compatible avec la notion de développement durable". Ce PLU, qui autorise l’urbanisation de 260 hectares – dont les 80 hectares d’Europacity – a malgré tout été adopté par la municipalité lundi.  

"Je me félicite de l'évolution du projet Europacity", a salué le maire Jean-Pierre Blazy, pour qui il faut désormais "passer à l'action". "Ce projet peut réellement contribuer à changer la vie des gens, à changer la vie de ce territoire", a affirmé le directeur général Benoît Chang. "On ne fera pas Dubaï aux portes de Paris", a-t-il insisté, soucieux que le projet ne soit pas présenté comme un énième centre commercial géant.

"EuropaCity 2.0 n’est pas encore le projet définitif : comme toute innovation, il continuera à évoluer dans les années à venir grâce au travail de co-construction que nous menons avec les habitants, avec nos partenaires dans le monde de la culture, des loisirs ou du sport et avec l’aménageur GPA. EuropaCity est un laboratoire de la ville de demain qui s’inscrit dans l’ambition urbaine et architecturale du Grand Paris."

Reste à savoir si cela suffira à convaincre les opposants au projet. Une quinzaine d’entre eux manifestaient mercredi devant les bureaux du promoteur.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique