Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

EasyJet et Lufthansa se partageront Air Berlin

Lundi, Air Berlin a officialisé son choix du duo Lufthansa-EasyJet pour se partager sa flotte de 140 appareils.

Lâchée par son principal actionnaire Etihad, Air Berlin avait engagé une procédure d'insolvabilité à la mi-août et donné à ses repreneurs potentiels un mois pour soumettre une offre. Le suspense est désormais terminé : on connait enfin les deux repreneurs de la compagnie à bas coûts allemande Air Berlin. Le conseil de surveillance a décidé de se concentrer jusqu'au 12 octobre sur les offres de rachat de Lufthansa pour ses filiales Niki, LGW et d'une partie de la flotte Air Berlin, et sur celle EasyJet, intéressée par plusieurs appareils d’Air Berlin.

Tentative d'OPA ?

Les candidats malheureux à la reprise (tels que IAG [British Airways et Iberia], Condor, Thomas Cook, etc.) ont dénoncé une tentative d'OPA de Lufthansa sur les précieux créneaux de décollage et d'atterrissage allemands qui aurait été soutenue en coulisse par l'Allemagne.  

De son côté, Lufthansa a déclaré vouloir maintenir les 38 avions (avec équipages) qu'elle loue déjà à Air Berlin et accroître sa flotte de 20 à 40 appareils vendus par la Berlinoise. Le montant du chèque n'est pas confirmé par les parties, mais la presse allemande évoque une proposition de 200 millions d'euros pour reprendre les actifs, et 100 millions supplémentaires pour assurer les coûts d'exploitation d'Air Berlin.

Pour sa part, EasyJet n'a pas officialisé les détails de son offre, ni en termes de flotte, ni en termes d'emplois. Quant à l'importante filiale de maintenance Air Berlin Technik, son avenir fait toujours l'objet de négociations avec d'autres investisseurs potentiels, selon l'agence de presse allemande Dpa.

Des annulations à prévoir 

Air Berlin a annoncé lundi des suppressions de liaisons locales en Allemagne à partir de la fin septembre. La compagnie aérienne assure à ses passagers anxieux qu'en attendant la fin de la procédure de rachat, ses autres vols seront maintenus, même si le partage de ses réservations entre plusieurs compagnies risque de s'avérer un casse-tête. Prudente, elle propose déjà à ses nombreux passagers inquiets de rembourser les réservations effectuées après le 15 août.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique