Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Détricotage

NULL

C’est la loi du genre. Après chaque scrutin menant à l’alternance politique, vient le temps des changements de tête et des décisions prises au pas de course. Comme pour mieux marquer leur nouveau territoire, les ministres détricotent le travail de leur prédécesseur et font valser les têtes des directeurs de cabinet, parfois au mépris des connaissances terrains. On aurait souhaité que cette pratique changeât au bénéfice d’un pragmatisme éclairé, mais de part et d’autre de l’échiquier politique, l’heure n’est pas à l’ouverture, législatives obligent. Ces nouvelles élections pourraient dès la mi-juin rebattrent les cartes et voir certaines figures changer dans la main gagnante de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre. En attendant le résultat des urnes qui pourrait mener certains ministres à la démission en cas d’échec dans leur circonscription, le nouveau gouvernement a tenu ses engagements en termes de parité, désignant 17 femmes par les nouveaux venus. Parmi ces dames, Sylvia Pinel, à qui nous souhaitons la bienvenue et qui succède à Frédéric Lefebvre avec un portefeuille « restreint » aux secteurs de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme. Un maroquin beaucoup trop chargé pour certains qui rêvaient à haute voix d’un plein ministère pour le tourisme. Pourtant, le président François Hollande n’a pas renié le candidat qui souhaitait un gouvernement resserré et l’intégration du tourisme dans un grand pôle productif. Nous souhaitons également à Sylvia Pinel le tempérament nécessaire pour affronter les ténors du secteur et les faire s’accorder sur un projet de fédération toujours lettre morte, ou encore développer l’attractivité de la destination France avec des budgets promotionnels constamment en baisse. Bien sûr, « L’État ne peut pas tout ». En 1999, Lionel Jospin prononçait cette phrase qui lui fut longtemps reprochée. À tort, car c’est évidemment surtout à l’initiative privée de tirer l’activité. Mais à ceux qui murmurent, plus ou moins à voix basse, que l’État ne peut plus rien, répondons qu’il peut (doit) être le garant d’une ligne directrice qui porte une ambition pour le pays. Ca s’appelle un programme… Alors oui, bienvenue Madame la Ministre.

Nous souhaitons à Sylvia Pinel le tempérament nécessaire pour affronter les ténors du secteur.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique