Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisières : la région Sud veut des escales sans fumée

Avec un budget de 30 millions d’euros, les trois ports de Marseille, Toulon et Nice devront proposer le branchement à quai d’ici quatre ans.

Jeudi matin à Marseille, devant un parterre fourni de 200 élus, professionnels du maritime et journalistes, Renaud Muselier, président de la région Sud (PACA) a lancé officiellement le dispositif « Escales zéro fumée ». Ce plan est destiné à électrifier les navires à quai, à Marseille, mais aussi à Nice et Toulon, d’ici 2023.

Cette électrification permet aux ferries, et aux paquebots, de couper leurs moteurs lorsqu’ils sont à quai et de ne plus polluer l’air de particules de soufre et d’azote. Un enjeu de taille pour la région, qui reçoit 2,7 millions de croisiéristes par an, avec 738 escales dans ses trois ports. A titre indicatif, dans la ville de Marseille, le trafic maritime génère 40% des émissions d’azote, 32% de soufre et 15% des particules fines.

Lors de sa prochaine assemblée plénière du 16 octobre, la région présentera ce protocole au vote, et souhaite dégager une enveloppe globale de 30 millions d’euros, avec l’aide de fonds européens. Cet investissement couvre 8 millions d’euros sur les 20 millions d’euros déjà votés par le conseil de surveillance du Grand Port de Marseille, en juin dernier, financés par la Région, le Département des Bouches du Rhône, la métropole d’Aix-Marseille et les collectivités.

Coup de pouce pour Corsica Ferries

Actuellement, le port de Marseille est le premier en France à avoir installé le branchement des navires à quai. Les ferries de la compagnie La Méridionale l’utilisent déjà, et ceux de Corsica Linea vont suivre. « Ce modèle doit être étendu aux ports de Toulon et Nice », a déclaré Renaud Muselier.  En 2025 au plus tard, ce sera au tour des paquebots d’être alimentés en électricité lors de leurs escales. Un budget de 5 millions d’euros sera dédié à la transformation des navires en activité.

Dans le détail, le port de Toulon, qui accueille 1100 escales de Corsica Ferries, va bénéficier d’un financement de 6 millions d’euros, pour alimenter en électricité trois quais pour les ferries et paquebots. Une aide de 300 000 euros sera attribuée à chaque ferry de Corsica Ferries pour son équipement. Selon Pierre Mattei, Pdg de la compagnie, la technologie coûte 1,2 million d’euros par bateau, et le premier équipé sera le « Pascal Lota », à la fin 2020.

Le port de Nice va également recevoir une aide de 6 millions d’euros pour électrifier ses quais avec du matériel mobile. Il reçoit 1515 escales de ferries et de paquebots.

Au-delà de l’électrification des quais, la région Sud veut favoriser l’utilisation du GNL, carburant censé annihiler les émissions de soufre et réduire celles d’azote, déjà utilisé par deux paquebots du groupe Carnival. Un budget de 1,5 million d’euros est consacré à la structuration d’un hub GNL dans le port de Marseille, en utilisant les terminaux méthaniers de Fos-sur-Mer.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique