Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Crash de l’A320 : la seconde boîte noire va parler

La seconde boîte noire de l'Airbus A320, qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes-de-Haute-Provence, a été retrouvée jeudi 2 avril, ce qui va permettre à l'enquête d'avancer.

Le procureur de la République de Marseille a confirmé, jeudi soir lors d'une conférence de presse, que la deuxième boîte noire (D.F.D.R. Digital Flight Data Recorder) de l'A320 de Germanwings avait été retrouvée par les enquêteurs, sur le site du crash.

"Cette boîte de la même couleur que la roche se trouvait sur la gauche d'une ravine déjà plusieurs fois explorée mais elle était complètement enfouie", a-t-il précisé mentionnant que "son état général laisse espérer la possibilité d'une exploitation".

Analyser les paramètres du vol

Elle comporte "500 paramètres enregistrés", soit "la vitesse de l'avion, l'altitude, son régime moteur, l'action des pilotes sur les commandes et les différents mode de pilotage".

Cette seconde boîte noire a été remise aux experts du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA). La première avait été retrouvée le jour même du crash. Son analyse avait révélé que le copilote était seul dans le cockpit au moment du drame. Il est soupçonné d'avoir volontairement précipité la chute de l'appareil, provoquant la mort de 150 personnes. Le copilote aurait actionné deux fois les commandes pour éviter une alerte, il était donc "vivant et conscient", selon le procureur

Un avion commercial possède réglementairement deux boîtes noires, appelées FDR (Flight Data Recorder) et CVR (Cockpit Voice Recorder). Le FDR enregistre, seconde par seconde, tous les paramètres sur une durée de 25 heures de vol (vitesse, altitude, trajectoire, etc.). Le CVR, l'enregistreur de vol "phonique", conserve les conversations, mais aussi tous les sons et annonces entendus dans la cabine de pilotage. Une analyse acoustique poussée permet même de connaître le régime des moteurs.

3 à 5 semaines d'identification

"Cent cinquante profils ADN ont été isolés" sur le site du crash, a en outre indiqué le procureur. "Cela ne signifie pas que nous avons identifié les 150 victimes. Il reste à effectuer la comparaison des ADN post-mortem avec les ADN ante-mortem". Encore "trois à cinq" semaines seront nécessaires pour identifier les victimes.

Il  a précisé également, lors de sa conférence de presse, que "le pilote de chasse dépêché vers l'A320 a vu les derniers instants du vol et du crash".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique