Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment le Cediv forme ses adhérents aux nouveaux contrats

En tant que professionnel du voyage, comment bien informer ses clients en tenant compte des nouvelles dispositions en vigueur depuis le 1er juillet 2018 ? Afin que ses adhérents soient en ligne avec leurs obligations renforcées, le Cediv a convié ses adhérents à une formation, présentée par Emmanuelle Llop.

Mardi et mercredi, le Cediv a organisé, pour ses adhérents, des formations sur le nouveau contrat de vente et le RGPD. En effet, la nouvelle réglementation vient alourdir l’obligation d’information des agents de voyages avant la vente.

En plus des informations qui étaient déjà à transmettre au client, la loi prévoit désormais une personnalisation de l’offre et notamment d’informer le voyageur. « Attention, le formulaire à délivrer varie selon que le professionnel vende une prestation sèche (hors aérien sec), une prestation de voyage liée ou un voyage à forfait », a précisé l’avocate Emmanuelle Llop, la responsable de la formation.

Horaires, langue : ce qui doit être précisé

L’avocate a dressé la liste toutes les informations qui doivent désormais être incluses dans le nouveau contrat. Doivent être précisés les modalités de paiement (acompte, calendrier, solde, garantie financière à fournir par le client). Mais aussi les lieux, les dates et les heures de départ et de retour ou – s’ils ne sont pas connus à l’avance – des horaires approximatifs.

Les différents agents de voyages qui assistaient à la formation du Cediv ont paru quelques peu déboussolés devant le nombre de nouveaux renseignements à inclure dans le document : la langue parlée lors des visites et excursions, le fait que le séjour soit de manière générale adapté ou non à une personne à mobilité réduite, ou encore la dénomination sociale, l’adresse géographique, les coordonnées téléphoniques et électroniques de l’agence de voyages mais également de l’organisateur.

Les outils de gestion en première ligne

Le prix total TTC et l’information sur tous les frais, redevances et autres coûts supplémentaires que le voyageur peut avoir à supporter à destination devront également figurer dans l’information précontractuelle. Si cette information n’a pas été délivrée au client préalablement à la conclusion du contrat, le professionnel devra les prendre en charge.

Enfin l’agent de voyages devra délivrer une information d’ordre générale concernant les conditions applicables en matière de formalités administratives et sanitaires est désormais requise. Le décret précise cependant que la durée approximative d’obtention des visas doit être précisée au voyageur.

« Il va falloir travailler main dans la main avec les outils de gestions, a insisté Adriana Minchella, la présidente du Cediv. Ce sera un point capital. »

A lire aussi : Nouveau Code du tourisme : la FAQ qu’il faut (impérativement) lire