Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Colmar

Sur la route des vignobles

De Strasbourg à Colmar, les trains régionaux circulent à 200 km/heure. Pratique, pour s’offrir un autre point de vue sur l’Alsace ! L’ambiance coquette de Colmar n’a rien à voir avec l’électricité de la capitale régionale. La maison Pfister, une demeure bourgeoise du xvie siècle, occupe l’angle d’une paisible rue piétonne. Ses décorateurs l’ont ornée de colombages, de fresques et de médaillons à la gloire du commerce. Au rez-de-chaussée, une boutique de vins donne le ton : Colmar ne reniera jamais son statut de capitale du vignoble ! Peinture ou dessin animé ? Le retable d’Issenheim, oeuvre de Mathias Grünewald, trône dans la chapelle du musée Unterlinden. Les différentes parties de cette oeuvre mystique, aux personnages effrayants, sont présentées séparément et jouent de l’emphase dramatique d’un jeu de volets. Vers l’ouest, sur les premières collines du massif des Vosges, un chapelet de villages ne semble vivre que pour la viticulture. Le plus proche est Kaysersberg. Après la visite de la maison d’Albert Schweitzer, médecin de brousse honoré en 1954 du prix Nobel de la paix, on parcourt de 10 km, jusqu’à Riquewihr. Dans le centre, rien ne semble avoir changé depuis cinq siècles. La maison Hugel y vinifie ses blancs d’Alsace depuis 1639. 94 % des maisons du village ont été construites avant le xvie siècle, témoigne Jean Hugel, 82 ans, en dégustant une vendange tardive. On avalera encore une tarte flambée avant de filer vers le Haut Koenigsbourg, château médiéval reconstruit il y a 100 ans par Guillaume II. Symbole de la re-germanisation de l’Alsace, il domine toute la plaine d’Alsace depuis son piton rocheux.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique