Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coeur de cible

NULL

L’IFTM-Top Resa a refermé ses portes vendredi dernier, après 4 jours de rendez-vous professionnels très attendus par l’ensemble du secteur. Comme à son habitude, le salon a connu ses cortèges de danseurs traditionnels, ses moments de convivialité festifs, ses embrassades dans les allées et ses très (trop) nombreux cocktails sur stands. Il y eut aussi la traditionnelle inauguration officielle avec une ministre fraîchement nommée et aussitôt égratignée par une baronnie du tourisme un brin machiste (si, si !) ou encore l’au revoir ému de Vincent Lhoste après son 6e et dernier IFTM-Top Resa. Beaucoup moins anecdotique bien sûr est l’atteinte des objectifs pour le salon et Reed Expositions. Avec un visitorat en augmentation de 3,7 %, l’organisateur peut s’avouer satisfait de la pérennité de la manifestation auprès de ces cibles. À s’attarder sur ces dernières, qui voulaient s’élargir cette année aux acheteurs du Travel et du MICE, on notera que la répartition des objectifs de visites s’équilibre à 50/50 entre loisirs et affaires. Une dichotomie de plus en plus franche du marché qui n’exclue en rien la porosité entre les deux segments, bien au contraire. Reed ne fait plus mystère d’un positionnement résolument multi-cibles, capable d’asseoir l’IFTM-Top Resa comme le rendez-vous leader des industries du tourisme en France. Le salon s’y emploie en tissant de nouveaux liens avec des instances représentatives telles que l’ANAé ou l’AFTM, ou encore en dédiant gracieusement des espaces à de nouvelles typologies d’exposants. Une posture de facilitateur de business pour l’organisateur, en bon langage marketing. L’exercice est périlleux, car à vouloir parler à tout le monde, on peut vite devenir inaudible auprès de son audience historique. Le nouveau directeur du salon, Thomas Desplanques, le sait bien et ne manque pas de rassurer notamment les TO sur la place de l’agent de voyages loisirs en tant que coeur de cible. Reste encore à mobiliser ce dernier, alors que ses attentes sont de plus en plus difficiles à cerner.

Une dichotomie de plus en plus franche du marché.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique