Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Cession de Donatello : les salariés crient au coup monté

Alors que Travel Europe s'est porté candidat à la reprise de Donatello, placé en redressement judiciaire le 6 janvier, les salariés du spécialiste de l'Italie s'étonnent du scénario de la reprise qui privilégie les anciens de Marmara.

Dégoût, tristesse, colère… Depuis l'annonce du dépôt de bilan de la société le 29 décembre dernier, les salariés de Donatello sont passés par toutes ces phases. Aujourd'hui, c'est la "perplexité" qui prévaut, alors que l'offre de reprise de Travel Europe est actuellement étudiée par le Tribunal de commerce de Paris.

16 salariés repris sur 100

"Nous avons eu accès au dossier de reprise de Travel Europe, la seule offre qu’ait reçu le Tribunal et qui porte sur l’activité tour-operating", explique l’un des salariés du TO.

"Travel Europe propose de garder uniquement 16 salariés sur la centaine qu’emploie Donatello, hors agences. Les postes sont qualifiés et correspondent pour 11 d’entre eux à des anciens de Marmara ou des salariés embauchés depuis l’arrivée aux commandes de la nouvelle direction. René Thibaut conserve la direction générale dans le projet. "

"Pour nous, tout était arrangé d’avance. Nous avons un jeune Comité d'Entreprise, en place seulement depuis juin dernier", précise un autre salarié de Donatello. "Nous n’avons pas vu venir la manœuvre. Jusqu’à mi-décembre, la direction nous avait fait miroiter une augmentation de capital, avec l’arrivée d’investisseurs providentiels. L’annonce du dépôt de bilan, précédée, nous l’avons découvert par la suite, du dépôt d’une lettre de conciliation au tribunal dès le 9 décembre, nous est tombé dessus brutalement".

Entre 5 et 6 millions de pertes en 2014

Au 31 octobre, les comptes de Donatello feraient état, pour l’exercice 2013-2014, d’une perte de presque 6M€ (après les 2,2M€ de déficit de 2013), selon les salariés du TO. Déficitaire depuis 2012, Donatello avait reçu en janvier 2013 le secours de la SIPTO (Société d'investissement et de participation dans le tour-operating), proche de la famille Vighier. Quelque 7 millions d'euros auraient injectés depuis.

En juin 2014, une augmentation de capital de 2,5 millions d'euros a notamment eu lieu, à laquelle ont participé quelques grands noms de la profession, dont Jacques Maillot et Francis Reversé. Insuffisant pour redresser l'entreprise, surtout avec un début d'hiver 2014-2015 jugé catastrophique.

"La cessation de paiement devrait apporter une bouffée d'oxygène. Les hommes et la marque ne peuvent s'arrêter là", commentait au moment du dépôt de bilan une source proche du dossier.

"De fait, le scénario du dépôt de bilan et de la reprise concertée avec Travel Europe permet d'apurer les comptes", constate un salarié de Donatello en colère. "Ils  conservent les actifs, et les 1,2 M€ d'acomptes groupes en caisse, mais en réduisant efficacement le périmètre de l’entreprise avec le départ de la quasi-totalité des anciens salariés. Et la famille Vighier va pouvoir continuer, éventuellement, à investir mais en contrôlant mieux la situation".

"On s’étonne d’ailleurs que ce soit Visit Europe, une entreprise elle-même peu florissante qui porte l’offre", commente ce même salarié.

Une offre de reprise à 400 000€

Contacté par l’Echo touristique la semaine dernière, au moment du dépôt de l’offre de reprise, Helmut Gschwentner, directeur général de Travel Europe, n’avait pas souhaité commenté les conditions du montage du dossier, mais reconnaissait avoir travaillé en amont avec l’actuelle direction générale de Donatello. Il table sur les synergies entre Visit Europe et Donatello pour faire prendre un nouveau départ à la marque.

Selon le dossier de reprise déposé au greffe, Travel Europe se porterait acquéreur de Donatello pour 400 000 euros, soit 350 000 pour les actifs incorporels et 50 000 pour les actifs matériels. "Une très bonne opération financière", constate une source proche du dossier.

"Nous n'avons aucun recours et savons que nous ne pourrons pas changer le cours des choses", commente avec tristesse un troisième salarié de Donatello "Mais quel gâchis! Monsieur D'Apote (fondateur et ancien PDG de Donatello , Ndlr), n'avait pas souhaité cela j'en suis sûr, ni imaginé qu'en se faisant renflouer par la famille Vighier, Donatello perdrait ainsi son âme".

"Nous avons perdu tous nos clients historiques"

"Les anciens de Marmara ont voulu faire du Marmara bis avec Donatello, c'est un échec. Nous avons perdu tous nos clients historiques. L'actuelle direction a investi dans un outil informatique encore balbutiant, qui ne marche pas vraiment mieux que le précédent. On travaille depuis des mois à marges négatives, c'est une déroute mais on sent bien que certains vont profiter de cette reprise à moindre coût, et c'est ça qui nous fait du mal".

L'administrateur judiciaire que nous avons essayé de joindre  n'a pas souhaité faire de commentaire. Pas plus que l'actuelle direction générale de Donatello.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 20 janvier. Le Tribunal aura ensuite quelques jours pour étudier les offres et prendre une décision. En début de matinée, Travel Europe était toujours officiellement seul sur les rangs. Pour les agences, aucune offre n'a pour l'instant été déposée, selon le greffe.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique