Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Beachcomber : un hôtel XXL sur les rails

Le groupe hôtelier s’apprête à poser la première pierre de son neuvième établissement sur l’île Maurice. Il s’agit du projet le plus important pour Beachcomber, et sans doute aussi du plus grand hôtel de l’île.

Un nouvel hôtel s’apprête à sortir de terre à l’île Maurice. Aux commandes de ce projet, le groupe Beachcomber, qui ajoute ainsi un neuvième établissement à son portefeuille sur la destination, avec un positionnement famille et sports. Annoncé officiellement depuis plusieurs mois, l’hôtel verra sa construction débuter aux alentours de septembre, pour une ouverture en août 2020, au début de la saison pour l’hémisphère sud.

« La demande est là »

Situées dans le district de Rivière Noire, Les Salines Beachcomber Resort & Spa comprendront un hôtel de 338 chambres, ainsi que 56 suites familles. « Ce sera notre plus grand hôtel, et sans doute le plus gros sur Maurice », estime Gilbert Espitalier-Noël, DG de Beachcomber. Pas de quoi l’inquiéter en tout cas quant aux perspectives de remplissage. « La demande est là. Sur nos autres établissements, nous tournons autour de 80% à 85% de remplissage toute l’année. Il devrait en être de même pour cette nouvelle adresse. » Sa commercialisation débutera au printemps 2019. La construction d’une chambre témoin sera lancée dans les prochaines semaines, afin que les professionnels puissent avoir un aperçu du site et de l’établissement, dont la conception a été confiée à Jean-François Adam.  

« Cet hôtel devrait être vendu globalement par les mêmes TO que ceux avec qui nous travaillons sur nos autres établissements, pense Gilbert Espitalier-Noël. C’est un établissement qui s’insère dans la même gamme que nos autres établissements, et ciblera nos marchés traditionnels. » Au total, le groupe va y investir 2,5 milliards de roupies mauriciennes.

600 emplois directs

Beachcomber promet de mettre l’accent sur le développement durable. « Dans ce nouvel hôtel, nous allons beaucoup utiliser l’énergie solaire, indique Gilbert Espitalier-Noël, car il est placé dans la partie la plus ensoleillée de l’île. » Les Salines, qui produisent 300 tonnes de sel par an, seront préservées. « Ce sont les dernières en opération, et nous voulons qu’elles le restent très longtemps. » Une démarche de certification EarthCheck a par ailleurs été entreprise sur l’ensemble des resorts du groupe. « Tous nos hôtels sont certifiés Bronze, certains ont la certification Argent. Notre objectif, c’est d’avoir la certification Gold dans tous nos hôtels d’ici deux ans, affirme Gilbert Espitalier-Noël. C’est une certification difficile, très contraignante, où nous devons tout mesurer, la consommation électrique par client, par chambre… Nous devons avoir des objectifs de réduction de ces consommations, de gestion de déchets, de réutilisation des eaux usées… Mais c’est très important. Cela n’a plus rien d’un effet de mode, et nos clients ont désormais des attentes fortes sur ces sujets.”

Les Salines Beachcomber Resort & Spa devraient permettre la création de 600 emplois directs et 2000 emplois indirects. New Mauritius Hotels, la holding de Beachcomber, indique avoir mis en place des programmes de formation à l’hôtellerie via le projet Employabilité Jeunes. D’autres projets sont actuellement à l’étude sur la destination, fait savoir Beachcomber, qui a décidé de recentrer l’ensemble de ses activités sur l’île. Sans plus de précisions pour le moment. Le groupe hôtelier promet toutefois d’en dire plus à la rentrée.