Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ayers Rock devient propriété des Aborigènes

Avec son rocher mythique au coeur du continent, un aéroport et six hôtels, Ayers Rock Resort, l’une des locomotives touristiques australiennes, passe sous le contrôle des Aborigènes. Une révolution attendue depuis des années par les premiers habitants du pays.

Célèbre rocher sacré, site naturel qui émerge à 348 mètres au-dessus d’un semi-désert ocre, Ayers Rock, aussi connu sous le nom d’Uluru, retrouve peu à peu son identité aborigène. Le gigantesque bloc de grès associé aux légendes du Dreamtime, qui a fait du Centre rouge l’une des destinations numéro un des voyageurs en Australie, avec plus de 400 000 touristes par an, était déjà redevenu, en 1985, la propriété des Aborigènes Pitjantjatjara. Mais, un nouveau pas va être franchi : le complexe touristique associé(1) et son aéroport, baptisé Ayers Rock Resort, passent sous le contrôle des premiers habitants du pays pour la somme de 300 M$ (environ 220 Me). L’ancien propriétaire des lieux, le géant de l’immobilier australien GPT, profite de l’occasion pour se recentrer sur son activité de base, tandis que la marque Voyages deviendra Voyages Indigenous Tourism Australia.

REDONNER SON ÉCLAT AU SITE

Les Aborigènes, nouveaux maîtres des lieux via l’organisme public Indigenous Land Corporation Tourism (ILC Tourism), veulent donner au site toute sa dimension historique. Les liens avec la culture et les traditions d’un peuple considéré comme le plus ancien au monde vont être développés et se retrouver dans la décoration, le style, les excursions et les événements proposés. « Nous allons introduire plus d’expériences aborigènes mais aussi plus d’interaction », ajoute Ray Stone, executive general manager sales, marketing et distribution d’ILC Tourism.

L’objectif est aussi de redonner son éclat à un site touristique qui n’avait plus connu d’investissement majeur depuis plusieurs années. « Les 231 chambres de l’un des hôtels phare d’Ayers Rock Resort, le Sails of the Desert 5, seront ainsi rénovées d’ici à mars 2012, pour un investissement de 75 M$, précise Ray Stone, ancien senior vice-president sale et marketing d’Accor Asia Pacific. Au total, 300 M$ seront investis dans le complexe au cours des prochaines années ».

UNE ÉCOLE HÔTELIÈRE

Les 700 employés d’Ayers Rock Resort continueront à faire fonctionner le site, l’idée étant d’introduire progressivement du personnel aborigène. ILC, qui possède déjà le resort Home Valley Station(2), à l’est des Kimberleys (Australie occidentale), va ainsi lancer au cours des prochains mois une école hôtelière à Ayers Rock Resort, la National Indigenous Academy for Hospitality, pour former les Aborigènes aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Une première en Australie. « Une cinquantaine d’élèves seront accueillis dans un premier temps, puis 200 par an, précise Ray Stone. L’ambition sera de former des Aborigènes, qui travailleront ensuite sur le site, mais aussi dans l’ensemble de l’Australie, à travers une structure de référence nationale. »

(1) Longitude 131° (Luxe, 15 tentes villas), Sails in the Desert (5, 231 chambres), Desert Gardens (4, 218 chambres), Emu Walk (4, 5 appartements), The Lost Camel (3, 99 chambres), Outback Pioneer (3, 167 chambres), un camping (d’une capacité de 2 000 personnes), neuf restaurants et quatre bars.

(2) Le resort va passer sous la nouvelle marque Voyages Indigenous Tourism Australia.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique