Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Attentat de Londres : ce que l’on sait

La piste du "terrorisme islamiste" est privilégiée au lendemain d'une attaque ayant fait trois morts devant le Parlement britannique à Londres, survenue un an jour pour jour après les meurtriers attentats de Bruxelles.  

Un homme barbu vêtu de noir a lancé mercredi, en début d'après-midi, sa voiture contre la foule sur le pont de Westminster, face à Big Ben, avant de poignarder à mort un policier en essayant de pénétrer dans le Parlement. Trois personnes sont mortes dans l'attaque, et une quarantaine de personnes ont également été blessées. L'assaillant, dont l'acte vient d'être revendiqué par l'organisation Etat islamique, a ensuite été "abattu par un autre policier".

Plusieurs sites touristiques fermés

Le coeur de Londres vit aujourd'hui au ralenti. Interrogé par L'Echo touristique, VisitBritain indique que certaines activités et des sites touristiques resteront à l'arrêt aujourd'hui. "La police interdit la circulation maritime sur une partie de la Tamise. En conséquence, aucun bateau de croisière ne circule entre le pont de Vauxhall et le pont de Charing Cross, et ce pour une durée indéterminée. Le Palais de Westminster n’ouvrira pas aujourd’hui. L’Abbaye de Westminster reste pour sa part ouverte, mais uniquement pour venir y prier, il n'y a pas de visites touristiques", précise l'office du tourisme de Grande-Bretagne.

Par ailleurs, dans le quartier de Westminster, les bus touristiques ne circulent pas et toutes les attractions (London Eye, London Aquarium, London Dungeon, Shrek Adventure), sont fermées aujourd'hui.

Les départs scolaires suspendus jusqu'à ce soir

Pour les groupes déjà sur place, et notamment les groupes de jeunes, le Quai d'Orsay rappelle la nécessité "d'appliquer les recommandations des autorités […], de faire preuve d’une extrême vigilance dans les transports publics et les sites touristiques les plus fréquentés" , rappelant au passage que le risque d'attentat en Grande-Bretagne est qualifié de "sévère" depuis août 2014. Les départs de groupes scolaires prévus le 22 et le 23 mars ont quant à eux été annulés, sur directive du ministère de l'Education nationale. 

Parmi les blessés figurent trois lycéens français en voyage scolaire, dont deux sont dans un état grave. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats suicide du 7 juillet 2005, revendiqués par des sympathisants d'Al-Qaïda, qui avaient fait 56 morts dans les transports en commun londoniens.

La Première ministre britannique Theresa May a dénoncé mercredi soir un attentat "pervers", lors d'une allocution solennelle devant sa résidence de Downing Street. "Les  forces du mal ne nous diviseront pas", a-t-elle lancé, après une réunion interministérielle de crise. Elle a cependant indiqué que le niveau d'alerte terroriste restait fixé à "grave", le quatrième sur une échelle de cinq, comme depuis août 2014.

Une voiture bélier, comme à Nice

L'attaque est survenue le jour où la Belgique commémorait les attentats djihadistes qui avaient fait 32 morts à Bruxelles il y a exactement un an. 

La tragédie de Londres rappelle les attaques de Nice (France, 84 morts) et Berlin (12 morts), également en 2016, commis en lançant un véhicule contre la foule, et s'inscrit dans un contexte de risque élevé d'attentats en Europe, notamment des djihadistes de l'Etat islamique (EI).