Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aéroports de Paris : cet été, il faudra arriver plus tôt

Ce sera au plus fort de la saison… Des travaux sur les routes menant aux aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle et d’Orly vont allonger les temps de trajet des vacanciers et usagers venant par la route prendre un avion.

Ce jeudi, le Groupe ADP a annoncé que les passagers au départ des aéroports parisiens devront prévoir au moins une demi-heure de temps de trajet supplémentaire cet été en raison de travaux sur les accès routiers et les infrastructures. Des travaux dans les aéroports et sur l’ensemble du réseau routier permettant d’accéder aux plates-formes vont provoquer des engorgements alors que des pics de croissance du trafic sont à attendre.

La mise en garde du gestionnaire intervient alors que des records de fréquentation ont été battus en juillet et août 2017 et que le trafic est encore attendu à la hausse en 2018 (entre 2,5 et 3,5% de croissance). Il prévoit sur la période estivale 2018 plus de « 54 jours rouges à 210.000 passagers par jour » à Roissy, soit 45% du nombre annuel de ces journées à forte concentration de trafic. Sur les plates-formes elles-mêmes, la circulation des passagers risque d’être ralentie par des travaux de modernisation en cours.

Des travaux sur l’A106

Sur le réseau routier, des engorgements sont à prévoir notamment à Orly où l’A106 passera à deux fois une voie du 25 juillet au 30 septembre. Une voie de contournement du chantier de la future gare multimodale sera ouverte à partir du 21 août et la RN7 sera fermée à la circulation à quatre reprises entre 23h et 05h30. A CDG, certains accès peuvent être temporairement saturés face à l’affluence, le gestionnaire invite les automobilistes à privilégier le contournement Est, par la N2 et l’A104.

Concernant le passage aux frontières, ADP « aborde cet été de manière plus confiante », selon le numéro deux du groupe Edward Arkwright. Après un été 2017 difficile en raison d’un durcissement des contrôles qui avait provoqué de longues files d’attente et l’exaspération des passagers, des sas de contrôle automatisé des passeports par reconnaissance faciale sont entrés en fonction depuis le 22 juin.

Reconnaissance faciale

Désormais, 78 SAS (63 à Roissy-Charles-de-Gaulle et 15 à Orly) sont actifs dont une trentaine équipés de la technologie à reconnaissance faciale (tous ceux d’Orly et une vingtaine à CDG), au moins deux fois plus rapide que la reconnaissance digitale et avec un plus grand nombre de passeports éligibles. « L’objectif est d’activer à l’automne 2018 la reconnaissance faciale sur l’ensemble de nos sas et d’en avoir 95 d’ici la fin de l’année », a expliqué Edward Arkwright.