Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

737 MAX : les autorités américaines demandent à Boeing de revoir sa copie

Les autorités américaines ont demandé lundi à l’avionneur de revoir les modifications apportées au système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans le crash de Lion Air.

L’offensive lancée la semaine passée par Boeing pour regagner la confiance des Américains n’aura visiblement pas suffi. Lundi, les autorités américaines ont en effet demandé à Boeing de revoir les modifications apportées au système anti-décrochage MCAS. Un système qui avait notamment été mis en cause lors du crash de Lion Air, en octobre dernier, crash qui présente de nombreuses similitudes avec celui d’Ethiopian Airlines, survenu sur le même type d’appareil. Depuis ce nouvel accident, qui a eu lieu le 10 mars, la flotte des 737 Max est clouée au sol.

Boeing doit s’assurer que les changements apportés au MCAS « répondent correctement aux problématiques » en jeu, a souligné le régulateur aérien dans un communiqué. Le MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) a été installé sur les 737 MAX pour compenser les problèmes aérodynamiques posés par le changement d’emplacement et le poids de leurs deux moteurs.  « Il faut du temps pour effectuer du travail supplémentaire », a justifié lundi la FAA, disant s’attendre à recevoir le correctif de Boeing dans les « prochaines semaines ». « La FAA ne va pas approuver le logiciel pour déploiement tant que l’agence n’est pas satisfaite » de la mise à jour qui lui est soumise, a ajouté l’agence fédérale, dont les liens étroits avec Boeing soulèvent des interrogations depuis l’accident d’Ethiopian. Il est reproché au régulateur américain d’avoir confié une partie de la certification de l’avion, dont le système MCAS, à des employés de Boeing selon une procédure mise en place depuis une dizaine d’années.

Des « similarités claires entre les deux crashs »

De son côté, Mussie Yiheyes, porte-parole du ministère éthiopien du Transport, a indiqué lundi que le rapport préliminaire sur le crash d’Ethiopian Airlines « sortira probablement plus tard cette semaine ». Il n’est pas encore établi s’il sera immédiatement rendu public ou si, dans un premier temps, il sera transmis seulement aux autorités, parmi lesquelles la FAA.

Les boîtes noires de l’avion ont été envoyées en France au Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), qui travaille avec les enquêteurs américains et éthiopiens pour déterminer les causes de ce crash où des citoyens de 35 nationalités ont trouvé la mort. Les autorités éthiopiennes avaient promis de présenter ce rapport préliminaire d’ici mi-avril. Mais elles ont déjà dit qu’il y avait des « similarités claires » entre le crash du vol ET302 et celui du vol 610 de Lion Air au large de l’Indonésie.  

Le 29 mars, l’AFP a appris auprès d’une source proche du dossier que le système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans le crash du 737 MAX 8 de Lion Air, était également activé dans l’appareil d’Ethiopian Airlines peu avant que l’appareil ne pique du nez et s’écrase. Cette information, tirée de l’analyse des boîtes noires du Boeing accidenté, avait été présentée aux autorités américaines, dont la FAA.

A lire également :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique