Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Zéro pointé

C'était il y a trois ans! Les distributeurs changeaient de modèle économique, passant à la commission zéro pour la billetterie aérienne. D'aucun prédisaient alors que plusieurs centaines d'agences allaient mettre la clé sous la porte. Il n'en fut rien et la mortalité naturelle du secteur a été compensée par de nombreuses créations dont nous rendons [...]

C’était il y a trois ans! Les distributeurs changeaient de modèle économique, passant à la commission zéro pour la billetterie aérienne. D’aucun prédisaient alors que plusieurs centaines d’agences allaient mettre la clé sous la porte.

Il n’en fut rien et la mortalité naturelle du secteur a été compensée par de nombreuses créations dont nous rendons compte chaque semaine dans nos colonnes. Avec un recentrage sur le tourisme et la vente de produits annexes rémunérateurs, la billetterie, de par sa complexité, est devenue l’affaire de professionnels.

En témoigne la création prochaine de plateaux mutualisés au sein du réseau Selectour. Et la bataille que se livrent les agences en ligne, notamment pour les transactions les plus simples. D’autant que les frais de services, que l’on présentait en 2005 comme le moyen de subsister, sont aujourd’hui régulièrement remis en cause, car offerts dans le cadre d’opérations promotionnelles qui tendent à devenir permanentes.

Sans doute les comparateurs ont-ils leur part de responsabilité dans ce processus, l’objectif des agences en ligne étant de s’afficher en haut de la ?home page? de ces sites qui pullulent depuis quelques années. Le vol sec est devenu un produit d’appel, une ?tête de gondole? pour commercialiser une kyrielle d’autres prestations, vital donc pour les distributeurs soucieux de figurer en tête de liste.

Même Air France s’est convertie aux frais à ?1 euro symbolique?, pour rester dans la course face à ses concurrents. Le grand gagnant est pour une fois le consommateur, puisque malgré l’envolée des cours du pétrole, le prix des billets d’avion aurait baissé depuis un an. Reste à savoir si les agences en ligne auront les reins suffisamment solides pour survivre, dans un secteur où lesmarges sont faibles.

Sans compter qu’elles doivent dépenser sans fin en communication pour attirer et surtout fidéliser les internautes. Filiales le plus souvent de grands groupes américains, ces distributeurs du Net, tels Lastminute, Expedia ou Ebookers, entretiennent d’ailleurs le flou en ne communiquant aucun chiffre par pays sur leurs résultats.

Au grand dam de la profession ! Dans ces conditions, il devient de plus en plus difficile de vous informer, et notamment de réaliser notre palmarès annuel des réseaux de distribution…

Stéphane Jaladis, rédacteur en chef adjoint
Réagir à cet article

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire