Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

XL Airways : Gérard Houa a fait une offre de dernière minute

Selon La Tribune, Lu Azur la société de Gérard Houa, l’actionnaire minoritaire d’Aigle Azur aujourd’hui liquidée, a déposé une offre de reprise pour XL Airways.

Lu Azur la société de Gérard Houa, l’actionnaire minoritaire d’Aigle Azur aujourd’hui liquidée, a déposé une offre de reprise pour XL Airways, peu de temps avant la tenue d’une audience au tribunal de commerce de Bobigny, d’après La Tribune.

Toujours selon le quotidien économique, Lu Azur promet d’injecter 30 millions d’euros, « 15 millions en fonds propres et 15 millions sous forme de prêt actionnaire ». Il aurait également choisi d’arrêter les vols vers la République Dominicaine, les Antilles et La Réunion et conserveraient ceux vers le Mexique, les Etats-Unis et la Chine. Gérard Houa ne compterait pas sur Laurent Magnin pour piloter, et aurait choisi de présider XL Airways lui-même et de nommer Philippe Bohn directeur général.

Le tribunal de commerce a mis sa décision en délibéré et se prononcera le vendredi 4 octobre, à 14 heures. En attendant la réponse du tribunal de commerce, les vols restent suspendus.

Air France n’était pas intéressée

En cessation de paiement, XL Airways a été placée lundi 23 septembre en redressement judiciaire, les repreneurs éventuels ayant jusqu’à samedi dernier pour se faire connaître auprès de l’administrateur judiciaire. Elle avait besoin de 35 millions d’euros pour repartir, selon son PDG Laurent Magnin, pour qui elle a été la victime de la « concurrence internationale débridée » des compagnies à bas coûts long-courriers et du poids des taxes et charges sociales en France.

Laurent Magnin, le PDG d’XL Airways, a multiplié les appels à l’aide vers Air France-KLM, sans succès. Vendredi, le patron du groupe franco-néerlandais Benjamin Smith avait écarté l’idée de reprendre la compagnie en difficulté, disant ne voir « aucun bénéfice » pour son entreprise dans une telle opération.

Laurent Magnin se sera battu jusqu’au bout

Ce matin, le dirigeant de la compagnie publiait encore une lettre ouverte appelant le directeur général de la banque publique d’investissement à apporter les financements nécessaires à la survie de la compagnie. Émouvant, son message était clair : « Nous ne comptons plus les heures, ni les jours, à envisager toutes les solutions possibles. Y compris, eu égard à votre communication,  celle de la participation de la BPI qui a été créée pour répondre au rayonnement industriel de notre pays. Créer des emplois de valeur et répondre à la concurrence sainement avec des outils adaptés, c’est la mission que les parlementaires français avaient rappelée dans un rapport du 30 septembre 2015. En prenant position sur l’aérien, vous donnerez le signal d’un pays qui croit dans cette industrie. Je vous demande solennellement de bien vouloir nous recevoir avant notre audience au Tribunal de Commerce de Bobigny qui aura lieu mercredi 2 octobre à 15 heures. Ceci afin d’évoquer, dans les prochaines heures, la capacité de la BPI à apporter un financement nécessaire à la préservation et à la pérennité de la société ».

Devant le tribunal cet après-midi, les employés ont longuement applaudi leur dirigeant et l’équipe de direction.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique