Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Transport : Toulouse bientôt à 3h10 de Paris grâce à la LGV

Après des années de blocage de l’État sur un co-financement avec les collectivités locales, la LGV Toulouse-Bordeaux verra bien le jour.

L’Etat s’engage à hauteur de 4,1 milliards d’euros en faveur de la ligne grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse, a annoncé le Premier ministre Jean Castex dans un courrier consulté mercredi. « Le gouvernement a inscrit (…) un financement du projet de ligne à grande vitesse du sud-ouest (GPSO) à parité entre l’Etat et les collectivités, ce qui représente un engagement de l’Etat de 4,1 milliards d’euros (hors branche qui dessert Dax et qui sera intégrée dans la prochaine loi de programmation) », écrit le chef du gouvernement.

« Je vous confirme cet engagement et vous précise qu’une contribution de l’Union européenne sera recherchée à hauteur de 20% du coût total du projet », poursuit Jean Castex dans un courrier adressé à la présidente PS de la Région Occitanie Carole Delga et au maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc.

Paris-Toulouse « le plus avancé de tous les projets de ligne »

Le coût total dépasse les 7 milliards. Ce projet, qui mettra Toulouse, quatrième ville de France, à 03h10 de Paris (contre 04h10 actuellement), est « aujourd’hui le plus avancé de tous les projets de ligne ferroviaire à grande vitesse », rappelle le Premier ministre et « plus avancé » notamment que le Marseille-Nice dans lequel l’Etat s’est engagé pour 1,38 milliard d’euros.

Le Premier ministre a également annoncé « l’accélération » de la section Montpellier-Béziers de la future LGV Montpellier-Perpignan: « l’enquête publique commencera avant la fin de l’été 2021, ce qui permettra de déclarer l’utilité publique en 2022 ». Pour ces différents projets de LGV, des sociétés locales de financement devraient être créés et pourront « recourir à l’emprunt et lever des taxes locales », souligne Jean Castex, espérant que les discussions sur leur constitution « puissent aboutir d’ici à la fin de l’été 2021 ».

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique