Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SNCF : une reprise avec 1 train sur 2 et masque obligatoire le 11 mai

La SNCF prépare la sortie de la crise, et souhaite même avoir une circulation normale de ses train au cours de l’été.

La commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, présidée par Hervé Maurey, a interrogé Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF et Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs sur la crise sanitaire et ses conséquences.

La crise a conduit la SNCF à réduire progressivement le service de transport de voyageurs : le trafic a chuté jusqu’à atteindre une offre minimale de 7% des TGV et 15% des TER en circulation. D’après Jean-Pierre Farandou, la reprise sera nécessairement progressive et dépendra des décisions qui seront prises en matière de déconfinement.

Pour l’heure, la compagnie ferroviaire se dirige vers une remise en service par étapes – et co-construite avec les régions – à partir du 11 mai. Avec d’abord la remise en circulation d’un train sur deux (progressivement pour les TGV, plus rapidement pour les transports du quotidien) et l’objectif de reprendre une activité normale à l’été.

Obligation du port du masque

Dans ce cadre, une vigilance accrue devra être accordée au respect des gestes barrières et au nettoyage du matériel, quitte à devoir réduire le plan de transport.

Jean-Pierre Farandou a plaidé en faveur d’une obligation du port du masque dans les transports ferroviaires, afin notamment de lever les difficultés liées aux règles de distanciation entre les voyageurs. Cette proposition a fait l’objet d’un large consensus auprès des sénateurs, qui souhaitent également que les passagers aient accès à des solutions hydro-alcooliques dans les transports et dans les gares.

S’agissant de l’impact économique de la crise, Jean-Pierre Farandou a souligné que le groupe allait subir de « lourdes pertes, il est encore trop tôt pour les chiffrer », précisant toutefois que « la SNCF tiendra » sur le plan financier. Pour le président Maurey, « la révision de la trajectoire financière de la SNCF et de SNCF Réseau ne devra pas conduire à remettre en cause la régénération des lignes ferroviaires, et notamment des plus petites ».

Dans ce contexte, la SNCF se prépare à la perspective de l’ouverture à la concurrence du transport national de voyageurs, dont le calendrier n’a pas été remis en cause.

La SNCF arrive en Espagne fin novembre

Par ailleurs, la SNCF a signé lundi 13 avril un accord avec le gestionnaire public des voies ferrées espagnoles Adif lui permettant d’exploiter des TGV low cost de type Ouigo en Espagne à partir de décembre, sauf si la crise liée au coronavirus retarde le projet.

À travers sa filiale espagnole, la SNCF sera le premier exploitant ferroviaire alternatif autorisé à exploiter des lignes à grande vitesse sur le réseau ibérique face à l’opérateur historique Renfe, à compter de décembre 2020 et pour une durée de dix ans, soit jusqu’en décembre 2030.

La SNCF s’est vu attribuer en novembre 2019 un lot comprenant cinq allers-retours par jour entre Madrid et la Catalogne (nord-est), cinq entre Madrid et la région de Valence (est) et cinq autres entre Madrid et l’Andalousie (sud). Elle n’a pas encore complètement décidé si elle lancera ces TGV à bas coût sous le nom Ouigo comme en France ou si elle adoptera une autre marque spécifique au marché espagnol.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique