Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SNCF : « La privatisation ? Même pas en rêve »

Lors d’une interview accordée à FranceInfo, le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, a tenu à clarifier l’avenir de la société ferroviaire après le rapport décapant rendu par Jean-Cyril Spinetta, l’ancien patron d’Air-France-KLM, sur les différentes manières de réformer la SNCF.

« J’entends parler ici ou là de privatisation. Mais même pas en rêve », a immédiatement martelé le dirigeant de la SNCF. Selon lui, ce qui est proposé « n’a rien à voir. Aujourd’hui, la SNCF est un établissement public. La proposition que fait Jean Cyril Spinetta, c’est que nous devenions une société nationale. C’est une société qui ne peut pas être privatisée. »

Pour l’instant, la SNCF est un Établissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC). Dans son rapport, l’ancien patron d’Air-France-KLM souhaite faire de la SNCF une société anonyme, avec l’État actionnaire à 100%. Mais, et c’est la crainte des syndicats, l’État pourrait alors se désengager peu à peu, au fil des ans, comme il l’a déjà fait avec France Télécom devenu Orange, ou EDF.

Plus de trains, de meilleure qualité, moins chers

« Nos clients attendent plus de trains. C’est pour cela qu’il y a ouverture à la concurrence, pour amener plus de trains, a poursuivi Guillaume Pepy. Ils veulent également des trains de meilleure qualité, il faut donc faire d’avantage de travaux sur le réseau ».

Pour cela, le rapporteur Spinetta propose d’augmenter les crédits afin de moderniser l’ensemble du réseau. « Enfin, élément essentiel, les usagers souhaitent que le train soit moins cher. Et là, c’est à nous SNCF de faire les efforts de productivité pour que le train soit moins cher », a conclu le PDG.

Pas d’inquiétude concernant la grève

Concernant la grève massive du 22 mars, « je suis persuadé que l’écoute et la concertation, la négociation vont permettre d’éviter une grande grève », a déclaré Guillaume Pepy.

Il a d’ailleurs révélé que le Premier ministre était venu deux fois la semaine dernière pour rencontrer les cheminots. Pour lui, le statut de cheminot n’est pas remis en cause. « Le personnel a un statut. Tous les gens qui sont dans l’entreprise ont un statut comme les gens à EDF et ailleurs ». Dans les faits, le rapport propose de supprimer le statut pour les nouvelles recrues. Celui-ci sera donc réservé aux anciens et s’éteindra dans une trentaine d’années.

Adieu les petites lignes de campagne

Rappelons enfin que le rapport préconise également de « recentrer le transport ferroviaire sur son domaine de pertinence : les transports du quotidien en zone urbaine et périurbaine et les dessertes à grande vitesse entre les principales métropoles françaises. Le maintien des lignes héritées d’une époque où le transport ferroviaire était l’unique moyen de déplacement doit être revu. » En clair, de nombreuses petites lignes peu rentables sont menacées.

 

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.