Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pullmantur annule ses embarquements prévus à Toulon

La compagnie espagnole, qui ferme mi-février sa filiale Croisière de France, a annulé les embarquements de ses clients français prévus cet été à Toulon sur le Sovereign. Queque 2000 passagers français sont concernés.

C'est mi-février que cesseront en France les activités de Croisières de France (CDF) qui employait une trentaine de salariés, principalement au sein de son siège parisien. L'ensemble des réservations et des dossiers en cours sont désormais traités depuis Madrid par les équipes de Pullmantur, la maison mère espagnole de CDF, qui met désormais en avant sa marque Pullmantur Croisières.

Embarquement à Barcelone

Mais une mauvaise n'arrivant jamais seule, Pullmantur n'a pas fait de cadeau à CDF avant de baisser le rideau, puisque les embarquements de clients français initialement prévus à Toulon/La Seyne-sur-Mer pour les croisières estivales 2017 en Méditerranée sont purement et simplement supprimés. Si le Sovereign fera bien escale chaque semaine dans le port varois cet été, les croisiéristes hexagonaux qui ont réservé devront en effet se rendre à Barcelone pour embarquer sur le paquebot et accomplir leur croisière. Difficile pour eux, dans ce scénario, de visiter la cité catalane à moins d'arriver la veille, ce qui rajoute des frais d'hébergement.

Quelque 2 000 passagers concernés

Un changement qui ne s'avère surtout pas très pratique pour les clients résidant à proximité de Toulon et, a fortiori, pour ceux du reste de l'Hexagone qui doivent modifier leurs pré et post-acheminements auprès de leur agence. CDF propose néanmoins soit l'annulation sans frais et le remboursement des frais engagés pour se rendre à Toulon soit de prendre la différence sur le coûts des voyages entre Toulon et Barcelone. Selon nos informations, quelque 2 000 clients du Sovereign seraient concernés compte tenu des annulations déjà réalisées. Il s'agit essentiellement de clients groupes des agences de voyages, CDF ayant arrêté de diffuser sa brochure individuelle en fin d'année, suite à l'abandon de ces embarquements à Toulon et à la prochaine cessation de ses activités en France sous sa marque. Les départs sont en revanche assurés normalement pour ses croisières dans les Caraïbes où CDF est engagé à hauteur de 4 000 pax via des vols charters programmés jusque fin avril.

Les croisières francophones abandonnées

Pour rappel, avant la baisse radicale de ses engagements cette année, Croisières de France occupait la troisième place du marché de la croisières en France (derrière Costa et MSC Croisières) avec environ 100 000 croisiéristes par an. La compagnie avait rencontré un franc succès en quelques années grâce au 100% francophone, un concept abandonné en 2016 au profit désormais d'une simple "french touch" proposée sur les paquebots de la flotte Pullmantur : le Zenith croisant dans les Caraïbes, l’Horizon navigant dans l’archipel des Canaries puis les îles grecques, le Monarch sur l'Europe du Nord et le Sovereign en Méditerranée. Des croisiéristes laissés sur le quai que ne manqueront pas de se partager, demain, les leaders du secteur.