Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Norwegian aura bien deux ans de plus pour se sauver

Une majorité de créanciers ont accepté de donner à la compagnie Norwegian plus de temps pour rembourser le milliard de dettes.

Lundi, lors d’une réunion, les créanciers de la Norwegian Air Shuttle ASA ont accepté un plan de remboursement différé. Cette décision donne à la compagnie en difficulté plus de temps pour redresser la situation.

Norwegian a demandé deux années supplémentaires pour rembourser à la fois l’échéance de 250 millions d’euros arrivant à échéance en décembre et l’emprunt de 89,5 millions d’euros, qui viendra à échéance en août de l’année prochaine. En échange, le transporteur a mis en hypothèque sa filiale Norwegian Air Norway, qui possède de lucratifs créneaux horaires à l’aéroport de Gatwick.

Convertir les créances en action

La compagnie norvégienne a eu du mal à obtenir ce délai. Elle a rencontré la résistance de ses principaux créanciers. Selon le site web économique E24, les gestionnaires du fonds d’investissement Sissener Canopus, Jan Petter Sissener, et son fils, Philippe Sissener, ont été à la tête de l’appel à rejeter cette proposition.

Les détenteurs d’obligations, y compris Sissener, ont déclaré qu’ils souhaitaient une émission d’actions, leurs créances pouvant éventuellement être convertie en actions. Toutefois, cela diluerait probablement la participation des principaux propriétaires, Bjørn Kjos et Bjørn Kise, et entraînerait une nouvelle baisse des prix. Le cours de l’action a déjà chuté de près de 75% au cours de la dernière année.

Norwegian a déjà procédé à une augmentation de son capital de 3 milliards de couronnes en début d’année, mais aussi cédé ses actifs bancaires, fermé des bases et des liaisons aériennes, et repoussé la livraison de nouveaux appareils Airbus et Boeing.

222 avions en commande

Autrefois porte étendard d’une nouvelle approche de l’aviation, Norwegian est désormais en train de s’accrocher depuis des années. Sa décision de pénétrer le marché transatlantique avec une commande de 222 nouveaux avions, la plus grande commande unique jamais réalisée dans le secteur de l’aviation européenne, a finalement fragilisé la société.

Plus tôt cette année, la compagnie aérienne avait collecté environ 335 millions de dollars auprès de ses actionnaires, tout en annonçant une diminution de son fonds de roulement en 2019.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique