Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les vacances se mettent au régime mini

Les mini-séjours sont un relais de croissance intéressant, l'occasion d'optimiser les remplissages mais aussi de se démarquer et de recruter de nouveaux clients.

Et si 2012 était l'année du « downsizing », de la réduction de taille. Maigrir (si besoin !), s'alléger des objets inutiles, du poids des contraintes mais aussi, réduire son train de vie à cause de la crise. Appliqué au tourisme, cela risque de signifier un peu moins de vacances ou en tout cas des breaks plus courts, quitte à en faire plusieurs. La tendance n'est pas nouvelle. Les courts séjours (soit des déplacements inférieurs ou égaux à 3 nuits selon la définition d'Atout France) ont représenté 46 % des arrivées de l'étranger en 2009. Pour les vacanciers français, la proportion monte à 53 %. Tous les opérateurs, notamment hébergeurs et compagnies de croisières, n'avaient pas encore calibré leur offre pour répondre à cette demande. Costa, mais aussi MSC ou RCCL s'y mettent cet hiver. « On faisait jusqu'à présent des mini-croisières dans le cadre de repositionnements ou en affrètements sur des petits navires, explique Georges Azouze, président de Costa Croisière France. « On lance une vraie programmation, avec l'objectif de rentrer dans le marché des courts séjours, d'attirer des passagers qui seraient réticents à l'idée de faire une croisière d'une semaine ou n'en auraient pas les moyens. Bref, nous cherchons à innover, nous démarquer des concurrents et donc de la guerre des prix». Tout est dit.

 

MINI-SÉJOURS AU COEUR DES STRATÉGIES 2012

 

Adapter son offre, jouer la flexibilité pour accueillir les clients quand ils veulent, le temps qu'ils veulent avec une qualité de services équivalente, Lagrange Vacances en a eu l'intuition il y a 15 ans. « Nous avons été précurseurs en sortant de l'offre figée en 7 nuits samedi-samedi », remarque Line Baudu, directrice générale du spécialiste de la location en résidences. « Les clients devaient pouvoir séjourner deux nuits avec les mêmes services qu'en semaine. C'est un vrai succès avec une croissance continue ». Le parc a grossi et les outils de pilotage se sont sophistiqués. Nous ne prenons aucun risque et c'est l'assurance d'un complément de chiffre d'affaires » ajoute Line Baudu. Convaincu, Pierre et Vacances met de même les mini-séjours au coeur de sa stratégie 2012. « C'est un enjeu pour le remplissage des ailes de saison », insiste Gérard Brémont, président du groupe. « 75 % des courts séjours s'effectuent en basse saison », confirme Karim Soleihavoup directeur du développement commercial des résidences. « Mais, c'est surtout un levier essentiel pour le recrutement de nouveaux clients qui testent sur une courte période et reviennent ». Les prix courts séjours sont donc apparus pour la première fois en brochure cet hiver et l'offre sera marquetée en grand dès ce printemps avec un contenu et surtout une appellation ad hoc qui devra promulguer une idée forte : un mini-séjour avec un mini-prix mais des services maxi.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique