Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : coup de chapeau à un rêve

D’un côté, Jeff Bezos, Elon Musk, Richard Branson qui à coups de milliards de dollars, vont passer 10 minutes dans l’espace. On appelle ça le tourisme spatial. De l’autre côté, des milliers de personnes qui rêvent de passer quelques jours… ailleurs.

On appelle ça le tourisme de rêve. Enfin, si l’on peut dire, plutôt du tourisme impossible pour bon nombre de ces êtres humains qui admirent ces explorateurs du tourisme galactique. Espérant quant à eux découvrir une vague sur la mer ou l’air pur de la montagne !

Dominique Gobert, éditorialiste

Quant aux écolos politiques, je n’ai rien entendu de leurs propos au sujet des fusées superpuissantes de Bezos, Musk ou Branson. A chacun son truc, d’autant que pour les trois cités – si j’en crois les bonnes gazettes – les passagers, à coups de centaines de milliers de dollars, se bousculent au portillon afin d’aller constater que la terre est bien ronde, bien bleue et qu’ils pourront briller dans les dîners…

Rassurez-vous, j’entends déjà de bonnes âmes qui supputent une certaine envie dans mes propos. C’est vrai, ce rêve ne sera sans doute jamais vécu.

Ce sont au demeurant des innovations touristiques fabuleuses, réservées encore et pour longtemps à très peu de voyageurs. Et puis, là, pas besoin de certificat « vaccinatoire ».

Heureusement, il y a d’autres formes de tourisme, plus solidaires, plus humaines. Car, en cette période estivale, nombreux sont encore ceux qui restent, tels les animaux, abandonnés en cours de route. De ceux qui n’ont jamais vu la mer, la montagne, profité ne serait-ce que quelques jours d’un temps que l’on appelle « vacances ».

J’ai découvert, dans nos colonnes (ce qui prouve que je lis le journal tous les jours) un personnage, une société, un esprit qui réchauffe un peu le cœur. C’est Germain Lelarge. Je ne le connais pas, ne l’ai jamais vu, mais bravo

Comment ne pas y avoir pensé plus tôt. Comme il le dit lui-même « Partir en vacances, même une semaine, c’est important pour le développement et la réussite scolaire des enfants, c’est important pour l’harmonie des familles, le bien-être des parents ».

Frédéric Mazzella a eu l’idée géniale de monter Blablacar, qui permet pour un coût dérisoire, de profiter de l’automobile vide d’un voyageur et de « bouger ».

Germain Lelarge, lui, fait appel à la solidarité de certains hébergeurs. Et, plutôt que de laisser leurs hébergements vides, tels des produits périmés de supermarchés, il les « récupère » afin d’aider des familles en difficulté à profiter de quelques jours de détente.

Tout ceci a un coût, parce que le rêve de Lelarge, c’est de pouvoir faire partir 1000 familles en vacances à l’été 2022.

Seul problème : il a créé un fonds pour réaliser cette opération, un fonds pour lequel les partenaires ne se bousculent pas au portillon, pas plus que les pouvoirs publics…

Dommage.

Laisser un commentaire