Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le MAP a raté son pari

Si le grand public a répondu présent, les journées professionnelles n’ont pas séduit. C’est pourtant sur ce point que l’on attendait le MAP. Du coup, chacun s’interroge sur la prochaine édition du concurrent Top Resa, en septembre, et sur l’intérêt de disposer de deux manifestations professionnelles. (Reportage photos réalisé par Philippe Grollier).

On savait que les résultats de la première édition du MAP, en particulier les deux journées professionnelles, seraient observés à la loupe. Le couperet est tombé. Selon les chiffres officiels, 11 607 professionnels ont arpenté le salon (visiteurs et prestataires confondus), en dessous des objectifs. Nous avons rencontré de nombreux patrons des grands et plus petits réseaux. En revanche, les vendeurs ne sont pas venus confirme Emmanuel Foiry, le patron de Kuoni France. Le MAP nous a permis de mettre en avant notre marque. Mais nous avons vu très peu d’agences indépendantes ajoute Bernard Benhamou, directeur d’Havas Voyages. C’est parmi les exposants du hall 3, qui n’était accessible qu’aux professionnels durant cinq jours, que les critiques sont les plus vives. Au-delà du fait qu’il n’était occupé que pour moitié (ce qui n’est jamais bon en termes d’image), ce hall donnait l’impression de regrouper dans un certain désordre tous ceux que l’on n’avait pas réussi à placer ailleurs…

De bonnes ventes

En revanche, les trois jours grand public semblent avoir tenu leurs promesses. Sur ce terrain, le MAP reprennait le flambeau de l’ex-SMT. Certains exposants ont regretté de ne voir que des promeneurs, mais d’autres se félicitent au contraire de bonnes performances, à l’image de Carrefour Voyages, qui annonce avoir pulvérisé son record (plus de 400 000 E de ventes le week-end). Une chose est sûre : certains TO, qui ne faisaient pas le déplacement au SMT dans le passé pour ne pas froisser leurs distributeurs, ont trouvé à travers les journées professionnelles le prétexte pour investir un salon leur donnant l’occasion de vendre en direct.

Le MAP va désormais s’attacher à rectifier le tir. C’était une première, les exposants se montrent indulgents. Nous sommes ouverts et prêts à revoir certaines choses, précise Arlette Alphaize-Furet, commissaire général. D’ores et déjà, il semble acquis que les exposants seront regroupés dans un seul hall l’an prochain. Les journées professionnelles seront également réorganisées, après une enquête réalisée dans les prochaines semaines. La date est également en question (la forte activité en mars dans les agences expliquerait le manque d’assiduité des vendeurs). Pour autant, le MAP est tributaire des disponibilités de Paris Expo. En attendant, cette faible mobilisation n’est pas sans inquiéter le salon concurrent Top Resa, qui quitte Deauville pour débarquer en septembre à Paris. Car tous les professionnels reconnaissent qu’il y a sans doute désormais une manifestation de trop…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique