Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Égypte a-t-elle touché le fond

Le pays des pyramides attire quatre fois moins de touristes français qu'il y a cinq ans. Plombée par la crainte des attentats et la méfiance vis-à-vis des destinations à dominante islamique, l'Égypte peine à stabiliser ses institutions. Rien de rassurant pour les tour-opérateurs.

Près de 700 000 visiteurs français en 2010, avant la révolution. 145 000 touristes quatre ans plus tard, en 2014. L'instabilité politique engendrée par le coup d'État militaire en 2013 et une succession d'attentats ont ancré l'Égypte dans le marasme, sur le plan de son économie touristique. L'instabilité institutionnelle observée début 2015 ne va pas aider les tour-opérateurs à retrouver la confiance. Début mars, après plusieurs prolongations de son contrat en France, la directrice de l'Office de tourisme égyptien, Nahed Rizk, a annoncé son départ en retraite. Son remplacement n'a pas été anticipé. Dans la nuit du 4 au 5 mars, dans le cadre d'un remaniement ministériel opéré au Caire, le ministre du Tourisme, Hisham Zaazou, a appris son limogeage pendant qu'il se trouvait à Berlin sur l'ITB. Dans ce déplacement à la rencontre des représentants des tour-opérateurs allemands, Hisham Zaazou entendait porter un message rassurant sur la stabilisation des institutions dans son pays…

La politique de certification environnementale des hôtels de la mer Rouge, vantée par les autorités égyptiennes et les réceptifs présents à l'ITB, est-elle l'écran de fumée qui cache la misère ? « Le bilan carbone de Louxor sera neutre en 2030 », a promis Hisham Zaazou. Une initiative jugée crédible par Jane Ashton, directrice du développement durable chez TUI, qui rappelle que « la politique environnementale aboutit, in fine, à une réduction des coûts d'exploitation des resorts, et donc à une baisse des prix ».

Entre peurs et craintes, la fréquentation touristique stagne toujours

Pour asseoir cette communication stratégique sur le moyen terme et le long terme, l'Égypte manque cruellement d'arguments efficaces sur le court terme. Les craintes sur la sécurité, présentes dans l'esprit du public, sont ravivées à chaque attentat. Le 2 mars, une bombe a explosé à Assouan, faisant deux morts dans la station touristique. Au Caire, les groupes djihadistes ont multiplié les attentats contre les policiers et les soldats, en réponse à la sanglante répression qui avait suivi le renversement du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013. « Nous avons invité 3 500 agents de voyages et 300 représentants des médias en Égypte en 2014. Ceux qui nous ont rendu visite ne nous interrogent plus sur la sécurité, ils veulent revenir », assure Mohammed Gammal, responsable de la promotion touristique à l'ambassade d'Égypte à Berlin. Le dynamisme relatif du marché allemand, qui n'a reculé que de 34 % entre 2010 et 2013 pour se stabiliser (- 0,9 %) en 2014 et retrouver une courbe ascendante (+ 9 %) en 2015, n'atteint pas le marché français. En 2014, les touristes français (- 24 %) ont continué de bouder le pays.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique