Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Visit Europe mûrit pour imposer ses circuits

Le tour-opérateur d’origine autrichienne a repensé son identité visuelle et affiche de nouvelles ambitions sur le segment des circuits.

« Si notre savoir-faire est reconnu sur les circuits, nous manquions peut-être de notoriété : on s’est dit qu’il était temps de changer d’image« , lance, d’emblée, Pascale Gaston, la directrice de Visit Europe, lors d’une conférence de presse organisée à Paris.

Visit Europe étrenne donc la saison 2018 avec un nouveau logo et une nouvelle brochure, bien plus modernes, mais pas que. « Nos contenus vont aussi évoluer », précise Helmut Gschwentner, le directeur général de Travel Europe, le voyagiste autrichien qui a racheté Visit Europe en 2009. « Nous avons fait appel à plusieurs agences de communication qui nous ont aidés à formuler nos valeurs. Nous nous définissions autant comme spécialiste du circuit en Europe – ce qui n’est pas légion sur le marché français – que comme auteurs de voyages. Et nous voulions que notre brochure reflète ces valeurs » , appuie Pascale Gaston.

Une nouvelle segmentation des circuits pour répondre à toutes les clientèles

Pour Visit Europe, la refondation de l’identité visuelle s’accompagne évidemment d’un remaniement de sa production.  « Notre volonté, c’est de nous affirmer en tant que spécialiste du circuit en Europe, en pouvant répondre à toutes les clientèles », explique Muriel Bougeard, la directrice commerciale de Visit Europe. Pour y parvenir, le TO a recadré sa segmentation pour la rendre plus lisible par la distribution.

On retrouve ainsi les circuits « classiques et combinés », facilement modulables grâce aux possibilités aériennes offertes par l’implantation du groupe Travel Europe. Sur ce segment, Visit Europe lance même les circuits accompagnés à 20 participants maximum, sur ses produits les plus vendus. Un confort qui se monnayera entre 250 et 400 euros plus cher qu’un circuit à 49 participants, en fonction des produits. La gamme « Etoile », qui permet de rayonner dans une région en rentrant dans le même hôtel tous les soirs, s’adresse plutôt à un public qui cherche un rythme doux.

Enfin, la gamme « Evasion » s’ajoute à la brochure de Visit Europe. « Ces circuits en demi-pension ont été pensés pour une clientèle plus jeune désireuse de découvrir les destinations par elle-même », détaille Muriel Bougeard. Sur la plupart de ces circuits, le TO inclut des audiophones pour les clients. Pour les autotours, l’application Pop Guide, créée avec une start-up italienne, offre un guidage GPS, un carnet de voyage interactif et des explications sur chaque site visité. Côté destinations, malgré une première année « qui n’a pas été facile », selon Helmut Gschwentner, le voyagiste reconduit ses circuits en Iran. « Nous relançons aussi la Jordanie. Ce sont des destinations compliquées mais qu’on aime et auxquelles nous croyons, même si nous savons que nous ne ferons pas un énorme volume », assume le dirigeant.

Nouveau bateau, nouvelle techno, …

Visit Europe continue de développer son activité de croisières. Au printemps, le voyagiste réceptionnera son nouveau et quatrième navire, le MV Mare Blu avec ses 20 cabines (40 passagers maximum), qui effectuera une rotation entre le nord de la Croatie et Venise (Italie) à partir du 6 mai 2018, au départ de Paris et de Toulouse. « La Croatie est notre meilleure destination pour le marché français, suivi du Portugal, de la Corse et de l’Autriche », explique Helmut Gschwentner.

Cette refonte d’identité et ce peaufinage de la production du TO s’accompagnent d’investissements technologiques. « Après avoir transféré notre système de réservation sur Gestour le 1er novembre dernier, nous allons refaire nos deux sites d’ici à la fin du premier semestre 2018« , annonce Pascale Gaston, insistant sur la plate-forme B2B. « La distribution est notre public cible, puisque le B2C représente moins de 5% de notre chiffre d’affaires. Notre site B2B, par contre, représente 65% du CA ; donc il doit toujours être le plus performant possible ». Visit Europe est référencé par tous les grands réseaux de distribution, hormis Thomas Cook, « mais c’est en cours de négociation », assure-t-on du côté du TO.

En 2018, Visit Europe sera en croissance et affichera des résultats positifs, promet Helmut Gschwentner. En 2016/2017 – l’entreprise arrête son exercice comptable au 31 mars –, le tour-opérateur a réalisé 25,2 millions d’euros de chiffre d’affaires (+14%), pour 32 000 clients. Le groupe Travel Europe a pour sa part enregistré 128,7 millions d’euros de CA sur la même période, pour 280 000 clients.