Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Haro sur les tarifs agents de voyages

L’Urssaf s’invite chez les professionnels du tourisme, estimant que les voyages à prix bradés proposés à leurs salariés constituent des avantages en nature. Des redressements fiscaux sont en cours dans plusieurs réseaux.

Est-ce la fin des voyages à prix imbattables accordés aux salariés par des producteurs/distributeurs, qui entendent leur faire profiter des quelques places d’avion invendues et des chambres vides à destination mais aussi améliorer leur formation ? Toujours est-il que depuis quelques mois, les Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (Urssaf) multiplient les contrôles chez les professionnels du tourisme, estimant que ces voyages sont des avantages en nature. Motif : la ristourne accordée aux salariés dépasse les 30 % de réduction réglementaire, par rapport au prix public TTC pratiqué par l’entreprise pour le même produit à un consommateur lambda.

Assimilés à des fraudeurs !

Sans mise en garde préalable, les inspecteurs de l’Urssaf se sont donc mis à éplucher du jour au lendemain les comptes de plusieurs entreprises et non des moindres, comme Thomas Cook, le Club Méditerranée ou Nouvelles Frontières. Et ont décidé d’imposer à certaines des pénalités importantes. Etonnamment, nous sommes redressés aussi bien pour les voyages que nous fabriquons, à savoir ceux de nos TO maison Thomas Cook et Neckermann, que pour ceux de nos voyagistes partenaires, regrette Hubert Chemla, DG de Thomas Cook France, l’un des rares à accepter de s’exprimer sur le sujet. Le groupe se voit réclamer plusieurs centaines de milliers d’euros. L’Urssaf parle d’évasion sociale, et nous assimile à des fraudeurs !, ajoute-t-il.

L’organisme para-public (qui collecte les cotisations salariales et patronales pour la Sécurité sociale, mais aussi la CSG et la CRDS pour le compte du ministère de l’Economie et des Finances) estimerait que ces voyages à petits prix représentent un avantage en nature, qui vient compléter des rémunérations peu élevées dans le secteur. Il y aurait donc un préjudice puisque plus de salaires signifierait davantage d’encaissements pour l’Etat. Un premier procès est en cours, qui oppose Thomas Cook à l’Urssaf. En attendant son issue, le distributeur a suspendu tous les voyages cadeaux de ses collaborateurs selon l’ancienne base. Ils payaient 100 E la semaine de vacances au soleil avec le transport. Ces voyages étaient soumis toutefois à quelques restrictions, comme un départ hors vacances scolaires, la disponibilité du vol et de l’hébergement, une confirmation à J-15…

Discrétion des intéressés

Le groupe Nouvelles Frontières, qui souhaite rester discret sur ce dossier, n’a pas été épargné par les inspecteurs. Le voyagiste, qui a développé un service baptisé Staff pour traiter les demandes de voyages privés de ses collaborateurs, leur accorde la gratuité sur ses vols Corsair et dans ses hôtels Paladien. Mais c’est le fait que chacun bénéficie de deux billets gratuits par an pour aller n’importe où dans le monde qui semble avoir également fait tiquer l’Urssaf. Les avantages ont été revus à la baisse afin de se mettre en conformité avec la loi, se contente de préciser le groupe. Fram concède pour sa part qu’une remise à plat de la grille des voyages accordés à ses collaborateurs est en cours, mais ne souhaite pas s’étendre sur le sujet. Même souci de discrétion au Club Méditerranée, qui aurait pourtant subi récemment un contrôle.

Le zèle de l’administration est jugé d’autant plus choquant par les professionnels interrogés que ces avantages existent depuis toujours et qu’ils font partie de l’attrait du métier. C’est un moyen de séduire de jeunes vendeurs et de conserver nos collaborateurs, estime Hubert Chemla. Les avantages en nature sont d’ailleurs propres à chaque profession (même si encadrés par des textes) : logement et voiture de fonction, outil informatique mis à disposition… Que dire aussi des salariés de GDF et EDF, qui bénéficient de tarifs préférentiels sur le coût de l’énergie, des réductions accordées sur les primes d’assurances pour les agents d’Axa. Ou, plus près du tourisme, des billets de train gratuits accordés aux cheminots de la SNCF et à leurs familles, ou des vols à 10 % du tarif proposés aux personnels d’Air France, pour peu qu’un siège vide soit disponible à quelques minutes du décollage ?

Les voyages forment le vendeur

Sans surprise, les professionnels ne souhaitent pas voir supprimer cette possibilité de faire voyager leurs salariés à moindre coût. C’est une question importante pour la profession. Les voyages participent à la formation des vendeurs, considère Hubert Chemla. En effet, l’application stricte de la loi, avec une décote de 30 % maximum par rapport au prix public, ne permet pas à tous les salariés de partir loin, certains produits demeurant trop chers pour des vendeurs dont la rémunération moyenne reste inférieure à 1 500 E, selon la dernière enquête Salaires réalisée par L’Echo touristique. Il s’agit donc de trouver une solution pour que les entreprises ne fassent pas partir que leurs cadres.

Le dossier touchant l’ensemble de la profession, plusieurs voix s’élèvent pour que celui-ci soit repris en main par le Syndicat national des agences de voyages (Snav). Dans ces conditions, le choix de la discrétion retenu par certaines entreprises n’apparaît pas comme la meilleure des solutions. Nous sommes dans le flou le plus total. Il faut établir des règles claires, pour savoir ce que l’on a le droit de faire ou de ne pas faire, estime Hubert Chemla. Et de demander l’organisation rapide d’une réunion pour que puissent se mettre autour de la table les représentants de l’administration et des syndicats professionnels. Le Snav semble avoir pris conscience de l’urgence de la situation. Il annonce qu’il entend se saisir de ce dossier, avec l’objectif de rencontrer dans les plus brefs délais les représentants de l’Urssaf.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique