Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le groupe Looping veut devenir leader européen du loisir local

La société qui exploite 14 parcs d’attractions à travers l’Europe nourrit des ambitions sur le segment des parcs régionaux.

Il y a les grands noms de l’industrie, connus du monde entier, et les autres : c’est de ceux-là que le groupe Looping, créé en 2011 avec le rachat de 7 parcs à la Compagnie des Alpes, veut devenir le spécialiste incontesté.

« Nous exploitons des sites de loisirs à dimension familiale, dans des cadres naturels uniques, avec un fort sentiment d’appartenance », explique Laurent Bruloy, président et fondateur du groupe Looping. « Certains de nos parcs sont fréquentés par la deuxième ou troisième génération : ce type de sites, c’est l’ADN de Looping », appuie Laurent Bruloy.

3,6 millions de visiteurs annuels

Avec ses 14 parcs, zoos, parcs aquatiques et aquariums, la société basée à Saint-Malo a enregistré 85 millions de chiffre d’affaires en 2017, pour 3,6 millions de visiteurs. Le podium est occupé par Isla Mágica (Séville) et ses 650 000 visiteurs, le zoo de la Flèche (420 000), racheté en fin d’année 2017, et l’Aquarium de Saint-Malo (360 000). Au total, le groupe exploite 8 sites en France, principalement via des canaux de distribution directs.

Pour poursuivre son développement, Looping mise notamment sur la Mer de Sable, racheté en 2015. Après le succès de sa première saison Halloween (26 000 visiteurs), le premier parc à thèmes de France, ouvert en 1963, va accueillir deux nouvelles attractions, intégrées dans une nouvelle zone thématique autour du Mexique. « En 4 ans, nous avons déjà investi 5 millions d’euros sur la Mer de Sable » précise son directeur, Hervé Lux.

Des séjours à la Mer de Sable ?

En investissant sur le savoir-faire historique du parc, et notamment les spectacles, Hervé Lux et son équipe ambitionnent d’attirer 400 000 visiteurs par an à l’horizon 2022, contre 350 000 (+12%) en 2017, dont seulement 10 à 12% pour les groupes. « Et nous y arriverons. Nous allons poursuivre nos efforts, notamment en termes de thématisation, pour proposer toujours plus d’expériences immersives à notre cible : les familles avec de jeunes enfants », explique Hervé Lux. Le parc met aussi en place un service de navettes payantes pendant l’été depuis la porte Maillot, à Paris, pour pallier au problème d’accessibilité.

« La Mer de Sable concentre tout ce qui fait l’identité du groupe : c’est un parc familial, installé dans un site naturel classé, aux tarifs abordables. Ce parc a un énorme potentiel, donc nous continuerons d’investir dessus », prévient Laurent Bruloy, qui annonce par la même occasion l’ouverture d’une attraction d’envergure pour 2019. En 2017, le parc rendu célèbre par son spectacle de l’attaque du train a réalisé 8 millions d’euros de chiffre d’affaires.

A terme, la Mer de Sable pourrait même proposer des séjours autour des thèmes de l’équitation, des spectacles et des cascades. « Mais nous n’en sommes pas encore là… Notre plan de développement est imaginé sur 5 ans », sourit Hervé Lux.