Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Gilets jaunes : les agences et les TO boivent aussi la tasse

Plus de deux semaines après le début du mouvement des Gilets jaunes, distributeurs et producteurs constatent un recul des prises de commandes. Leclerc Voyages, Orchestra et Voyageurs du Monde témoignent.

Les Gilets jaunes et les violences en marge du mouvement jettent un coup de froid sur les ventes de voyages, à Paris comme en région. « Nous pensons clôturer le mois de novembre avec une diminution de 5% à 10% en termes de prises de commandes, nous a indiqué ce matin Bernard Boisson, directeur général du réseau Leclerc Voyages. Un tel retard ne se rattrape pas ». « Notre site web progresse légèrement, mais n’est pas en sur régime par rapport au rythme habituel », a-t-il ajouté.

La plate-forme B2B multi-TO Orchestra fait le même constat : « A périmètre constant sur un an, nous observons une baisse de quelques points au mois de novembre. Le ralentissement est particulièrement prononcé sur la deuxième quinzaine », observe Christian Sabbagh, président d’Orchestra. Sans surprise, l’île de La Réunion est plus particulièrement affectée : la chute atteint 20% à 30% sur les quinze derniers jours du mois dernier.

Voyageurs : « On est passé de +10% à -10% »

Toutes destinations confondues, le décrochage est plus prononcé les jours de mobilisation. « Nous notons une plus forte baisse d’activité les deux derniers samedis dans la distribution physique », ajoute Christian Sabbagh.

« Chez nous, depuis 15 jours, on est passé de +10% à -10% chaque semaine, déplore Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde. Jamais je n’aurais imaginé que cela nous toucherait aussi. » Samedi 24 novembre, le groupe avait gardé closes les portes de sa grande agence parisienne, située dans une rue Sainte-Anne fermée au public pour protéger le siège du mouvement En Marche.


L’anémie des ventes de voyages est en partie attribuée aux blocages et aux manifestations, qui ont rendu difficile l’accès à de nombreuses agences de voyages françaises, mais plus encore au climat social dans son ensemble.

Un climat anxiogène

« Le climat, anxiogène, n’est pas propice du tout à la consommation », relève Jean-François Rial, catégorique. Bernard Boisson est sur la même longueur d’ondes : « Les Français sont scotchés à l’actualité. Le climat social crée de l’attentisme. »

Les Français n’ont pas la tête aux vacances, et tous les professionnels espèrent que les tensions vont redescendre d’un cran. Alors que l’acte 3 a laissé des stigmates samedi à Paris, un acte 4 est toutefois en préparation pour samedi prochain 8 décembre dans la capitale. Plusieurs événements Facebook ont été créés à dessein au cours des dernières heures.

A lire aussi :

 

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique