Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

« Finnair veut doubler ses opérations en Asie d’ici 2020 »

La compagnie aérienne a commandé 19 avions A350 et mise sur le Japon, la Chine, la Corée et la Thaïlande alors que la concurrence s'accroît sur les marchés européens.

L'Écho touristique : Finnair a enregistré une perte d'exploitation de 27,1 millions d'euros sur les neufs premiers mois de l'année. Comment expliquez-vous ces résultats ?
Javier Roig : Il y a plusieurs facteurs. Nous volons vers 14 destinations en Asie mais ces marchés, notamment le Japon, la Chine et la Corée, ont une monnaie qui a perdu de la valeur par rapport à l'euro. Les vols sont souvent pleins, – le taux de remplissage moyen en 2014 est de 81% – mais la recette a baissé. Il faut aussi prendre en compte les investissements dans de nouveaux appareils et le programme de rénovation. Mais le dernier trimestre devrait nous permettre d'être presque à l'équilibre alors que nous avons beaucoup perdu l'an dernier.

Quels sont vos projets de développement ?
Javier Roig : Nous avons commandé 19 avions A350 et Finnair sera la première compagnie européenne à exploiter cet appareil dès mai 2015. Nous allons recevoir 4 appareils en 2015, 3 en 2016 et 4 en 2017, afin de remplacer les vieux A340 que nous avions acquis chez Air France. Finnair a pour objectif de doubler ses opérations en Asie d'ici 2020. Helsinki est un très bon hub, pratique, petit, moderne et qui est parfaitement situé sur les routes aériennes entre l'Europe et l'Asie.%%HORSTEXTE:1%%

Quels sont les avantages de ce nouvel appareil ?
L'A350 en version XWB (Extra Wide Body) sera configuré avec 297 sièges dont 43 en Economy Confort et 46 en Business, en 1-2-1, pour un accès direct aux couloirs. C'est un très bel avion avec une ambiance agréable grâce aux leds. On a aussi investi dans un nouveau système de divertissement, simple et moderne et nous proposerons le wifi. Comparé aux anciens modèles, l'A350 nous permettra d'économiser 25 % de carburant et donc de réduire nos coûts.

Que représente le marché français pour Finnair ?
La compagnie est la seule à relier Paris-CDG à Helsinki en direct, avec 5 vols par jour et des connexions très rapides vers une quinzaine de destinations en Asie. Nous avons, en comptant les vols depuis Orly ou avec correspondances, environ 60 % du marché. En termes de coupon volé, la baisse est de 1 % sur le marché français en 2014.

Quel est le potentiel de croissance ?
Il n'y a que 500 000 habitants à Helsinki et 5 millions en Finlande, c'est un tout petit marché. Sans le long-courrier et notre hub, notre développement n'aurait pas été le même. De janvier à octobre, 23 % des passagers français ont effectué des correspondances au-delà d'Helsinki, surtout vers l'Asie, et cela devrait progresser, particulièrement grâce à notre nouvelle joint-venture avec JAL et British Airways. Nous sommes aujourd'hui la huitième compagnie entre Paris et le Japon et nous devrions être la cinquième fin 2015. Il y aurait aussi un potentiel, j'en suis sûr, pour une ligne Lyon-Helsinki mais ce n'est pas une priorité du siège.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique