Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

En pleine guerre commerciale, les compagnies chinoises attaquent Boeing

Les trois principales compagnies aériennes chinoises ont demandé officiellement des indemnisations à Boeing pour compenser les frais d’immobilisation au sol et les reports de livraisons.

Les trois principales compagnies aériennes chinoises ont demandé des indemnisations à Boeing pour compenser les frais d’immobilisation au sol et les reports de livraisons de 737 MAX consécutifs à deux catastrophes aériennes, a annoncé mercredi un média d’Etat.

La télévision publique CCTV a indiqué que China Southern, China Eastern et Air China avaient toutes demandé à être dédommagées par l’avionneur américain, mais n’a pas précisé le montant des indemnisations demandées.

China Southern est la plus grande compagnie d’Asie par la taille de sa flotte, China Eastern la deuxième du pays, et Air China est le transporteur national. China Eastern a déclaré que l’immobilisation au sol de ses 14 avions 737 MAX 8 avait « entraîné de lourdes pertes » et que « ces pertes continuent de s’accroître », selon l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

La guerre commerciale Chine – Etats-Unis en toile de fond

Cette demande intervient en pleine escalade de la guerre commerciale Pékin-Washington. Il y a quelques jours Donald Trumpa signé un décret qui exclut Huawei, le groupe chinois de téléphonie qu’il suspecte d’espionnage, du marché américain des télécoms. La Chine avait déjà été le tout premier pays au monde à ordonner le 11 mars à ses transporteurs de suspendre les vols de 737 MAX, pour des raisons de sécurité après deux drames aériens. La veille, un appareil de ce modèle, exploité par Ethiopian Airlines, s’était écrasé peu après le décollage d’Addis Abeba, faisant 157 morts. La catastrophe était survenue un peu plus de cinq mois après l’accident d’un avion de la compagnie indonésienne Lion Air ayant fait 189 morts.

Dans les deux accidents, le système antidécrochage MCAS de l’avion a été mis en cause. Dans l’attente de vérifications de la part de Boeing, la flotte mondiale de 737 MAX, locomotive des ventes de l’avionneur américain, est clouée au sol depuis mi-mars. Pour la première fois depuis les deux catastrophes aériennes, Boeing a reconnu samedi des défauts sur le modèle, en admettant avoir révisé le logiciel des simulateurs avec lesquels sont formés les pilotes.

Ebranlé par la crise du Boeing 737 MAX qu’il a tardé à clouer au sol après le drame d’Ethiopian, le régulateur aérien américain (FAA) doit présenter jeudi aux autorités de plusieurs pays le correctif du système antidécrochage MCAS, mis en cause dans les catastrophes.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique