Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

En avant la province !

L’arrivée de TUI et de Thomas Cook pousse les autres TO à sortir du bois. Ils multiplient les départs d’aéroports de province secondaires, pour se démarquer de la concurrence.

Les principaux TO affréteurs au départ de France sont en ordre de marche pour la saison d’été. Même si le climat reste incertain en raison des menaces terroristes, les voyagistes ont à coeur de profiter de la petite reprise des ventes depuis quelques semaines pour tirer leur épingle du jeu, dopés de surcroît par l’arrivée de deux mastodontes, TUI et Thomas Cook. En moyenne, l’offre globale en sièges des voyagistes les plus importants augmente cet été de 10 % au départ de la province.

C’est Marmara-Etapes Nouvelles qui présente le plus fort contingent avec une offre de 660 000 sièges, soit une hausse de 13,7 % (Paris et province) par rapport aux capacités alignées l’été dernier. Les efforts du TO se portent surtout vers l’Egypte (55 000 sièges), qui bénéficie de 60 % de capacités supplémentaires (avec des départs de 11 villes de province vers Hurghada). Le Maroc bénéficie pour sa part de 20 % d’offre en plus (120 000 sièges). Pour l’instant, nous constatons une poussée des ventes à Marseille, Nantes et Toulouse. Lyon fait un peu moins bien. Mais la tendance est à l’amplification des réser-vations de dernière minute, explique Florian Vighier, directeur d’exploitation chez Marmara-Etapes Nouvelles.

Chez Fram, des vols au départ de dix-huit villes

Chez Fram, la croissance des capacités avoisine 10 % au départ de province, avec un total de 475 000 sièges (y compris Paris) et des vols au départ de 18 villes. Le TO double presque son offre vers Chypre (1 300 sièges), la quadruple vers la Croatie (6 000 sièges) et la quintuple vers l’Egypte (5 000 sièges) ! Il aligne aussi cet été 32 000 sièges vers le Maroc. Comme d’autres, après avoir concentré son offre sur les plus gros aéroports de province pour faire face à la crise, il redéploie partiellement son offre dans des villes moyennes. Autre petite révolution : le nouveau contrat avec la compagnie Air Méditerranée. Les deux Airbus d’Air Méditerranée dédiés à Fram sont basés à Nantes et à Lyon et présentent les mêmes prestations que celles des B737 d’Euralair, avec qui nous avions auparavant ce contrat, explique Pierre-Louis Pardieu, directeur transport chez Fram. Un troisième Boeing, loué à Air Horizons (ex-Euralair), et dont le contrat court jusqu’en 2006, sera, lui, basé à Paris.

La hausse est aussi notable pour le Club Med qui, avec 60 000 sièges cet été, accroît globalement son offre de 10 % (Paris et province), avec de fortes croissances de capacités au départ de la plupart des grandes villes : +50 % de Toulouse, +45 % de Bordeaux, +43 % de Strasbourg, +19 % de Nantes et +16 % de Lyon et Nice. Un effort particulier est porté vers Chypre, la Croatie et la Tunisie (18 vols par semaine vers Djerba). L’offre du Club Med est couplée avec celle de Jet tours, qui, avec 130 000 sièges, augmente ses capacités de 2 %. 13 villes de province sont au programme avec, en nouveauté, Mulhouse-Larnaka, Brest-Marrakech et des vols vers Agadir au départ de Lyon, Marseille et Nantes.

A noter aussi les engagements traditionnels de Marsans et VAT-France vers la République dominicaine ainsi que ceux sur l’Europe centrale de Transtours et Austro Pauli. Look Voyages reste pour sa part sur un programme équivalent, avec 225 000 sièges cet été, dont 70 000 au départ de la province.

Les remplissages s’annoncent excellents chez Thomas Cook

Même s’il est plus mesuré qu’annoncé, le développement de Thomas Cook et TUI en France a contribué à pousser les voyagistes installés à sortir du bois. Au total, le groupe Thomas Cook-Aquatour aligne cet été 140 000 sièges avec (hors Paris), des départs de Nantes, Toulouse, Marseille, Lyon, Bordeaux, mais aussi Strasbourg, Mulhouse, Metz, Lille (le fief d’Aquatour) et Nice. Les principales destinations sont la Tunisie avec Djerba, la Turquie et la Bulgarie. Beaucoup de vols sont opérés en coaffrètements avec Fram. Pour l’instant, nous avons de très bons remplissages pour juillet-août, notamment pour la Turquie, Djerba et Majorque, précise Gerard Catteuw, directeur de production moyen-courrier chez Thomas Cook.

La demande suivra-t-elle l’offre ?

En face, TUI propose pour la saison estivale 84 vols directs par semaine au départ de neuf aéroports régionaux (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Mulhouse, Nantes, Strasbourg et Toulouse), avec un effort particulier vers la Crète, la Grèce, la Sicile et la Turquie. Ces vols s’ajoutent à ceux aux départs de Paris. Ils sont souvent opérés avec Corsair.

Reste à savoir si la demande absorbera ces augmentations de capacités. Je ne pense pas que l’offre soit trop importante. Les TO poussent certains axes comme la Croatie ou la Tunisie pour s’adapter aux demandes du marché. Ces évolutions sont cycliques et coïncident avec d’autres axes qui s’essoufflent, comme l’Espagne, la Grèce et les Baléares, estime Christophe Vieville, directeur transport chez Go Voyages. Une position qui est un peu plus nuancée chez d’autres opérateurs. L’offre charter est à peu près stabilisée. Mais avec le renforcement des ventes de dernière minute, il est difficile de savoir à l’avance quels seront les ajustements de programme. Indubitablement, certains axes comme la Grèce, que les JO vont rendre impraticable, risquent de souffrir, estime Pierre-Louis Pardieu, directeur transport de Fram.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique