Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Difficile réveil des régions au printemps touristique

Peu de départements ont une véritable stratégie d'animation d'ailes de saisons. Les Landes ou le Bas-Rhin font partie des exceptions, mais avec une faible mise en marché.

Les vacances de Pâques tardives et le calendrier 2012 propice aux courts séjours devraient pousser les départements à créer des produits spéciaux, des événements ou communiquer sur leurs offres pour attirer les touristes français et étrangers. Pourtant, peu de comités départementaux ont, à ce jour, développé une stratégie particulière pour animer ce printemps, une période pourtant vitale pour le secteur touristique français.

 

LE COURT SÉJOUR SÉDUIT LES FRANÇAIS

 

« La crise nous oblige à revoir notre politique », se désole une représentante de la Haute-Garonne. D'autres ne se sont tout simplement pas penchés sur ce marché ou incluent Pâques dans leur plan global de communication estivale. « Il existe très peu d'animations spécifiques aux ailes de saisons alors qu'on voit l'émergence d'une population multi-partante, certes minoritaire puisqu'elle représente 20 % des Français, mais qui génère 70 % des dépenses touristiques », constate Didier Arino, du cabinet Protourisme. Les 17 millions de Français concernés par l'offre court séjour souhaitent plus vivre une expérience que choisir un lieu, voire même un budget, poursuit-il. « Ce comportement devrait conditionner la stratégie touristique des régions », finit-il. L'Alsace ou les Landes ont entendu le message. Le département du Bas-Rhin va ainsi lancer pour la première année une opération spéciale pour les vacances de printemps, baptisée Éclats de Pâques, associant hôteliers, restaurateurs, offices de tourisme autour d'événements, d'animations et de packages spéciaux. Ainsi du 31 mars au 23 avril, le département propose des Routes du chocolat, des Marchés de Pâques, des expositions-ventes, des ateliers participatifs, etc. Le Bas-Rhin reprend là la recette du Printemps des Landes, éprouvée depuis 7 ans. Pour 2012, ce département pionnier a décidé de prolonger d'une semaine son événement du 7 avril au 1er mai (voir encadré). « Notre objectif est de créer une nouvelle offre, d'améliorer notre image et d'atténuer l'effet de saisonnalité », prévient le président de Landes Tourisme, Hervé Bouyrie; 61,5 % de la fréquentation touristique a lieu en juillet et août « Idéalement il faudrait ramener ce chiffre à 55 % ».

L'édition 2011 a rempli sa mission avec 20 000 participants recensés aux animations créées avec les partenaires locaux. Mais la mise en marché reste déficiente. Les offres ne sont disponibles que sur les sites de Landes Tourisme : « Les taux de commissions demandés par les opérateurs en ligne du type Voyages-sncf.com, France du nord au sud ou autres sont trop importants pour rendre ces produits attractifs », note Didier Arino. « Nous avons tenté le coup avec Lastminute.com il y a deux ans, mais nous ne l'avons pas renouvelé », souligne Hervé Bouyrie. Le manque de stocks et l'absence de stratégie de référencement sont également des handicaps pour les départements.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique