Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fragilisée par les sanctions américaines, Cuba mise sur les voyageurs français

Alors que les Etats-Unis renforcent leurs sanctions à l’égard de l’île communiste, Cuba compte sur d’autres marchés dont la France pour compenser le retrait des touristes américains.

Le 16 novembre, débuteront les festivités des 500 ans de la fondation de La Havane. Alors que le renforcement des sanctions américaines asphyxie tous les secteurs économiques de l’île communiste, et notamment le tourisme, le gouvernement espère que ces commémorations permettront de soutenir, voire de relancer l’activité touristique. « Les touristes français viennent d’abord découvrir Cuba pour sa culture et son patrimoine historique », souligne Diana Rosa Gonzalez Montesino, la nouvelle directrice de l’office cubain du tourisme en France, arrivée à Paris juste avant le dernier salon IFTM. Et d’ajouter comme autres motivations de nos compatriotes : « la nature et les plages, la gastronomie, l’accueil de la population et la sécurité ».

Une fréquentation en forte baisse en 2019

Il y a en effet urgence. Alors que le nombre de visiteurs étrangers s’élevait encore à 4,7 millions en 2018, il atteignait péniblement les 3,6 millions en octobre, dont quelque 114 600 français (-11%/2018), la France représentant le cinquième marché touristique de l’île et le 2ème en Europe derrière les Allemands. « Après une saison hiver 2018-2019 difficile pour les Caraïbes en général, nous espérons une reprise cet hiver. Les chiffres de la saison hiver  2019-2020 du Seto présentés lors du salon IFTM laissaient entrevoir une hausse de 5% des ventes de voyages à forfait pour Cuba. Nous travaillons avec les TO pour soutenir la demande », s’enthousiasme-t-elle. Plusieurs nouveautés sont ainsi proposées en club avec Kappa Club au Melia Cohiba à La Havane, FTI Voyages à Varadero avec un hôtel maison de la chaîne Labranda (un ex-village du Club Med), TUI à Trinidad avec son nouveau concept Lookéa Exploréa, etc. « Les chaines hôtelières ne sont pas en reste avec 4 000 chambres supplémentaires en 2019 et 26 hôtels à venir sur 2019-2020 », assure Diana Rosa Gonzalez Montesino. Le segment du luxe continue notamment à se développer avec les projets des groupes Kempinski à Cayo Guillermo (après l’hôtel 5* ouvert en 2017 en plein cœur de la capitale), Accor (pour Sofitel) et Barrière à La Havane… Le secteur du tourisme échapperait en outre aux pénuries de nourriture et de carburant en raison de son caractère vital pour l’économie du pays, selon le gouvernement cubain.

Moins de capacités aériennes

Tous les professionnels français présents à Cuba vont toutefois devoir composer avec une offre aérienne réduite suite au retrait de Corsair et à la défaillance de XL Airways. Seules Air France en quotidien vers La Havane et Air Caraïbes vers Santiago desservent Cuba actuellement depuis la France. Le gouvernement américain vient pour sa part de décider de recentrer les vols depuis son territoire uniquement vers La Havane dans le cadre de ses sanctions économiques. Ces dernières ont également fait fuir les compagnies de croisières ayant des activités aux Etats-Unis. « Nous aimerions relancer cette activité croisière avec des opérateurs européens mais ceux-ci sont très timorés actuellement », regrette la directrice de l’OT de Cuba.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique