Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

CroisiEurope : 9 navires sur 43 seront classés 5 ancres en 2015

La compagnie fait porter ses efforts sur la montée en gamme de sa flotte. Trois bateaux neufs ou rénovés seront mis en service l’an prochain, tous en catégorie 5 ancres.

Proposer à terme deux gammes de navires sur l’ensemble de ses destinations fluviales, c’est la stratégie que s’est fixée CroisiEurope pour les années à venir. Cette nouvelle orientation a conduit, depuis cette année, à la segmentation de la flotte en deux catégories : 4 ancres pour les navires d’ancienne génération (qui disposent notamment de cabines de petite taille, environ 12m2) et 5 ancres pour les unités les plus récentes (avec des cabines moins nombreuses mais plus grandes, 18m2, et une décoration plus moderne).

Dans cette optique, tous les investissements de construction ou de rénovation de navires portent désormais sur le développement de l’offre 5 ancres. 6 navires sont actuellement classés dans cette catégorie, sur une flotte totale de 41 bateaux, mais leur nombre va passer à 9 l’an prochain, sur un total de 43 bateaux en propriété.

"Tendre vers 50% de la flotte en 5 ancres d'ici 2017 ou 2018"

Outre la rénovation du MS Camargue, navire historique de la compagnie sur le Rhône, qui sera rebaptisé MS Camargue New (le nombre des cabines sera réduit à 50, contre 75 jusqu’à présent, et la décoration mise au goût du jour), CroisiEurope mettra en service en avril prochain deux nouveau navires, tous deux classés en 5 ancres. Le MS Loire Princesse, navire doté de roues à aubes, sera le premier disposant de cabines à passagers à naviguer sur la Loire, avec des croisières de 6 et 8 jours au départ de Nantes. Quant au MS Gil Eanes, sister-ship du MS Lafayette (mis en service au printemps 2014), il sera positionné sur le fleuve portugais Douro.

Au-delà, l’objectif de la compagnie serait de "tendre vers 50% de la flotte en 5 ancres d’ici 2017 ou 2018", indique Eric Collanges, directeur commercial France. Cette montée en gamme progressive est notamment destinée à "attirer une nouvelle clientèle, plus jeune", poursuit-il, rappelant que la moyenne d’âge actuelle des passagers de CroisiEurope tourne autour de 65 ans.

Les clients français sont au rendez-vous

Cette stratégie prend-elle sur le marché français ? "J’avais la crainte qu’on ne trouve pas les clients pour l’offre 5 ancres en France, à cause du prix en particulier, qui est supérieur de 15% en moyenne à celui de nos croisières 4 ancres, reconnaît Eric Collanges. Mais c’était une erreur. Oui, les clients sont là, ça fonctionne. Tout est question de présentation et de connaissance du produit, et c’est le message que je veux envoyer aux distributeurs."

Les croisières sur les canaux en péniche (CroisiEurope en compte désormais 4) peinent en revanche à séduire le marché français. "On n’arrive pas à les faire connaître", explique Eric Collanges. Elles sont donc principalement remplies par des passagers étrangers, très friands de ce type de produit, et prêts à payer 1300 euros de panier moyen par personne pour 7 jours.

3 nouvelles commandes de navires à roues à aubes

Pour poursuivre le développement de cette offre, la compagnie prévoit de faire construire 2 nouvelles péniches d’ici 2016, portant sa flotte dans ce domaine à 6 unités. En parallèle, deux nouveaux navires à roues à aubes (sister-ship du Loire Princesse) vont sortir des chantiers dans les trois prochaines années, dont l’Elbe Princesse en 2016, qui pourra naviguer jusqu’au cœur de Prague. La compagnie a par ailleurs annoncé la commande de trois unités supplémentaires  sur le même principe, ce qui lui fera donc exploiter à terme 6 navires dotées de roues à aubes.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique