Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Costa Croisières garde le bon cap

La compagnie de croisières a fait voyager 116 000 passagers français l’an dernier, contre 103 000 en 2004.

Après une année 2004 dopée par la disparition de sa concurrente Festival, Costa Croisières a embarqué l’an dernier 116 000 français, soit une progression de 15 %. La filiale française suit ainsi de près le résultat du groupe (+19 %), qui a fait voyager 870 000 croisiéristes en 2005, contre 750 000 en 2004.

En France, Costa détient désormais plus de la moitié du marché de la croisière, qui s’est établi l’an dernier à plus de 240 000 passagers. Avec un panier moyen de 1 300E par personne, son chiffre d’affaires dépassera les 150 ME en 2005, contre 135 ME en 2004.

Amadeus Cruises déçoit

Quelque 3 200 agences ont vendu au moins un forfait dans l’année. Si 1 500 sont connectées au système de réservation professionnel costaclick.fr, elles ne sont toutefois que 250 à l’utiliser régulièrement. Nous sommes en revanche déçus par les résultats d’Amadeus Cruises, souligne Patrice Régnier, directeur marketing de Costa France, qui n’a pas souhaité communiquer de chiffres sur les réservations générées par le GDS.

Il faut par ailleurs noter que 20 % des ventes individuelles sont désormais réalisées par une poignée d’agences en ligne, telles QCNS Cruises, ABCroisières.com, Webcroisières.com… Ces opérateurs ont ainsi réussi à occuper la place laissée vacante par la compagnie, qui se refuse toujours à faire de la vente directe, préférant privilégier les agences.

2006 se présente sous de bons auspices. Le lancement cet hiver du tarif Prima a eu l’effet escompté, incitant les clients à réserver plus tôt pour bénéficier d’un meilleur prix. Mi-décembre, Costa France avait déjà enregistré 57 000 passagers, soit une avance de 19 000 clients par rapport à la même époque en 2004 ! Le lancement, jusqu’au 11 février, d’une campagne de communication dans la presse et à la télévision pour expliquer la nouvelle politique commerciale devrait accroître ce phénomène.

Reste à savoir quelle sera la réaction de la clientèle lorsque les tarifs les plus bas ne seront plus accessibles et que les prix commenceront à grimper. Par ailleurs, Costa s’était juré de bannir les promotions, avec l’instauration du Prima. Or elle n’a pas hésité à lancer un tarif inférieur à ce dernier pour assurer les remplissages du paquebot Fortuna pour les départs des 8 et 19 janvier. Une première entorse à la règle…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique