Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment les Français envisagent-ils de voyager en 2022 ?

Après deux ans de pandémie, les Français ont la bougeotte, selon un récent sondage sur leurs projets d’escapades.

Les Français sont-ils prêts à prendre leur « Travel Revenge » (la revanche par le voyage) ? C’est ce que tendent à démontrer les résultats d’un sondage OpinionWay pour Liligo, réalisé du 15 au 16 décembre 2021, sur un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française.

Fin 2020, les Français étaient 37% à envisager de voyager en 2021, explique Liligo. Un an après, 42% confirment leur intention de plier bagage d’ici la fin de l’été 2022, soit 5 points de plus en une année. Parmi eux, 60% plébisciteront la voiture, entre autres moyens de transports, 39% l’avion et 22 % le train.

« Bien que le variant Omicron ait chamboulé les derniers instants de 2021, les intentions de voyages pour 2022 dévoilées par l’étude continuent d’indiquer une tendance positive pour le secteur du tourisme », conclut Guillaume Rostand, porte-parole du comparateur Liligo. L’envie de voyages s’avère forte chez les plus jeunes (46% des 18-24 ans) comme parmi les plus âgés (42% des 65 ans et plus).

À ce jour, ils sont seulement 15% à déclarer qu’ils ne voyageront pas avant la fin de la pandémie. Soit 23 points de moins qu’un an plus tôt.

Une envie, aussi, d’anticiper 

Point étonnant du sondage, la réservation ne sera pas forcément effectuée à la dernière minute. Parmi ceux projetant de partir en vacances ou en week-end en 2022, 76% comptent réserver plus d’un mois à l’avance.

Alors qu’ils étaient 52% à envisager de réserver leurs voyages moins d’un mois à l’avance en 2021, ils ne sont plus que 23% à prévoir de le faire aussi tardivement, assure les auteurs du sondage.

La proportion de voyageurs soucieux d’anticiper leurs réservations augmente ainsi considérablement. 40% des sondés déclarent même prévoir de réserver 3 à 6 mois à l’avance. Sans doute privilégient-ils, alors, des prestataires qui ont su développer une grande flexibilité commerciale sur fond de crise sanitaire. C’est devenu un grand facteur de différenciation.

Sans surprise, la France reste le choix privilégié pour deux sondés sur trois ayant l’intention de voyager, devant l’Europe (42%). Des prévisions qui devraient évoluer en fonction de l’évolution de la pandémie et des fermetures de frontières ou autres mesures de quarantaine. 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique