Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Carrefour Voyages entre relance et rigueur

Accusant depuis trois ans d’importantes pertes financières, le réseau passe en mode redressement. Un vaste plan d’action stratégique est sur les rails, destiné à gagner en productivité à tous les étages. C’est le prix à payer pour éviter un plan social.

Branle-bas de combat chez Carrefour Voyages. Alors que le réseau devrait à nouveau enregistrer de sérieuses pertes cette année, dans des proportions probablement similaires à celles constatées en 2009 (3,7 millions d’euros) et 2010 (4,6 ME), l’heure est désormais aux grandes manoeuvres pour redresser la barre. Si officiellement, la direction ne fait aucun commentaire, plusieurs sources internes confirment bien qu’un plan d’action stratégique est sur les rails, avec un double objectif : réduire les coûts et améliorer les recettes.

Dans les faits, les premières décisions sont d’ailleurs déjà tombées. Acté depuis plusieurs mois, le déménagement du siège du réseau est prévu pour le 17 décembre. Carrefour Voyages rejoindra les locaux de Carrefour France, réalisant ainsi une économie de loyer de plusieurs centaines de milliers d’euros par an. Parallèlement, l’intégralité du parc informatique du siège est en cours de renouvellement.

Dès les prochains mois, des efforts seront également portés sur la communication et le marketing. Des actions sont ainsi prévues afin d’augmenter la visibilité de l’offre de voyages auprès des clients des magasins Carrefour, dans les hypermarchés mais aussi les enseignes Market, avec notamment le développement du couponing en caisse. Une refonte du site web grand public est aussi dans les plans, tandis que la brochure MDD (marque de distributeur), qui rassemble les produits maison du réseau, sera recentrée dès cet hiver sur les offres les plus rentables, conduisant à la suppression d’une quarantaine de références.

Afin d’accélérer le recrutement de nouveaux clients, Carrefour Voyages travaille en parallèle à la rénovation de l’intégralité de ses agences intégrées. Un premier prototype est actuellement en test, deux autres le seront d’ici la fin de l’année. L’objectif est notamment de clarifier l’offre de voyages et de spectacles, les produits spectacles étant commercialisés depuis l’an dernier dans les agences de voyage du réseau. Si les tests de ces nouveaux points de vente sont concluants, tous pourraient être transformés d’ici 2014. Dans le même ordre d’idée, le développement d’un CRM (logiciel de gestion de la relation clients) croisé avec la base des clients de Carrefour devrait permettre au réseau d’identifier de nouveaux prospects.

AUCUN PLAN SOCIAL NE SERAIT POUR L’INSTANT ENVISAGÉ

Mais le chantier le plus délicat promet d’être celui des ressources humaines. Carrefour Voyages envisage de faire passer prochainement davantage de responsables d’agence sous le statut de cadre, moyennant des salaires plus élevés mais surtout des temps de travail allongés puisqu’ils ne seront plus assujettis aux 35 heures. Quid des agences les moins rentables ? Selon nos informations, entre 10 et 20 ont été placées sous surveillance. Et même si aucune fermeture n’aurait pour l’instant été actée (hormis celle de l’agence de Gennevilliers, compensée par l’ouverture d’un point de vente à Montreuil), rien n’est exclu. Certaines sources indiquent que le sujet pourrait d’ailleurs être discuté au cours d’un comité d’entreprise le 22 novembre. En attendant, les rumeurs vont bon train au sein des agences, qui confient leur inquiétude, même si aucun plan social ne serait pour l’instant envisagé. « Les effectifs ont déjà baissé, reconnaît un vendeur, mais ce ne sont jusqu’à présent que des départs non remplacés. » Le développement des agences franchisées alimente aussi les craintes de voir le parc des intégrés progressivement réduit. Une seule certitude en la matière pour l’instant : les franchisés ont bien pour objectif de rapporter de l’argent au réseau sans lui en coûter beaucoup. Une politique d’accroissement de la rentabilité désormais érigée en priorité absolue.

« Nous faisons 80 % de notre chiffre sur le tourisme » Bernard Boisson, patron d’E. Leclerc Voyages.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique