Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

CARLOS MUÑOZ, PDG DE VOLOTEA : « Volotea réalise la moitié de son activité en France »

Volotea, jeune challenger espagnol de Ryanair et d’easyJet, avance ses pions sur le marché français. Après Nantes et Bordeaux, la compagnie low cost s’installera à Strasbourg en avril 2015.

L’Écho touristique : Après Nantes en 2012 et Bordeaux en 2013, Volotea va implanter une nouvelle base à Strasbourg en 2015. Que représente le marché français pour votre compagnie ?

Carlos Muñoz : Nous réalisons déjà la moitié de notre activité en France, soit environ 900 000 passagers cette année. Nous ne ciblons que les capitales régionales, pas les grands hubs. Cela nous permettra d’être en deuxième ou en troisième position derrière Air France ou easyJet sur chacune de nos bases en 2015.

Votre modèle low cost permet-il d’attaquer les compagnies nationales sur leurs marchés domestiques ?

On n’attaque pas le groupe Air France, ni personne d’autre de manière frontale. 70 % des routes de Volotea en été sont opérées en solo. En Italie, où nous avons basé nos premiers avions en avril 2012, 12 % des capacités sur les dessertes nationales sont en concurrence avec Air One, la filiale d’Alitalia. En France, sur Nantes et Bordeaux, il y a moins de 10 % de superposition avec Hop !.

La flotte de Volotea est atypique avec un modèle unique, le Boeing 717. Pourquoi ce choix ?

Nous exploitons quinze B-717 sous contrat de leasing auprès de Boeing Capital. Ce type d’avion, pas très connu, a été fabriqué à 156 exemplaires seulement entre 1999 et 2006. Les nôtres datent de 2003 et 2004. Les cabines de 125 sièges conviennent bien à notre modèle économique. Il y aura entre deux et cinq avions supplémentaires dans notre flotte en 2015.

Quelle est la place des réseaux de distribution dans votre politique commerciale ?

Les tour-opérateurs sont un allié naturel pour l’international, ils apportent 30 % de nos ventes. On doit ouvrir toutes les portes possibles aux agences de voyages, aux tour-opérateurs classiques et en ligne comme Go Voyages, avec un produit différencié qui inclut valises et choix du siège. Volotea a été présent dès le début sur les GDS.

Quel type de contrat de travail est proposé aux salariés français ?

À Strasbourg, Volotea va recruter localement 20 pilotes, 30 PNC et cinq personnes en plus pour être tranquille. Nous embauchons sous contrat français. Au départ, les salaires des PNC sont calculés sur le SMIC. Mais je suis favorable à la méritocratie. Les rémunérations décollent rapidement chez Volotea.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique