Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[AWFT21] « Le tourisme durable est un fil rouge du plan de reconquête », selon Jean-Baptiste Lemoyne (VIDÉO)

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au Tourisme, était au micro de L’Echo touristique lors du forum international A World For Travel.

Comment se déclinera le développement durable dans le plan de reconquête du tourisme annoncé par le président Emmanuel Macron ? Comment réduire l’empreinte carbone du secteur, qui provient à 75% des transports ? Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au Tourisme, a répondu à ces questions dans le cadre du récent Forum A World For Travel, à Evora (Portugal), dédié à la transformation du secteur. L’occasion, aussi, de revenir sur le manque de coordination en Europe au niveau des frontières et sur le pass sanitaire. L’occasion également d’évoquer ce fameux plan de reconquête et de transformation du tourisme, dévoilé cet automne. « Je parle aussi de transformation car, on le voit aussi, à Evora, beaucoup des discussions tournent autour des évolutions des modèles », explique-t-il.

 

1 commentaire
  1. Orofino dit

    Bonjour Linda,
    Cet interview de JB Lemoyne démontre une volonté nouvelle provenant d’un ministre du Tourisme de prendre enfin en compte une situation que certains d’entre nous dénonçons depuis des années .
    C’est une bonne chose mais au dela de cette volonté, annonce t il vraiment des solutions qui permettraient un progrès dans la lutte contre le réchauffement climatique?
    On a identifié depuis longtemps pour le tourisme out going la principale cause des émissions de CO2 :90% des émissions d’un forfait proviennent des émissions de l’aérien, 10% des prestations terrestres(étude menée sur 450 forfaits)
    Pour le tourisme domestique c’est bien entendu exclusivement les émissions des prestations terrestres qui sont les causes des différentes pollutions et là on a pas identifié avec précision les processus d’émission.
    Alors bien sur le Ministre évoque les mobilités et transport ou les bateaux de croisières à quai ou encore la sensibilisation des professionnels pour qu’ils s’engagent dans un service plus responsable mais sur tous ces acteurs privés l’état ne peut avoir qu’un rôle de préconisation ou de répression.
    Cet été a démontré l’intérêt croissant des français ou européeens pour des territoires français jusqu’à présent peu fréquentés en terme touristique .Ce qui s’est passé était prévisible car le surtourisme n’est pas un phénomène nouveau à moindre échelle on l’a analysé dans des grandes stations comme Barcelone ou Dubrovnik
    J’ai vécu cet été cette grande migration habitant Noirmoutier et ayant ressenti les mêmes frustrations qu’un habitant de grandes métropoles touristiques.
    Je pense que le rôle de l’état via les préfets serait surtout de sensibiliser les élus locaux pour qu’ils analysent et élaborent des stratégies touristiques renouvelées puisque la situation est nouvelle.
    Cette stratégie doit passer tout d’abord par établir la liste les particularités et intérêts des atouts touristiques de leur territoire, ensuite élaborer un plan de communication sensibilisant les estivants aux fragilités des lieux visités
    Des productions de découvertes locales à partir des richesses doit permettre , comme cela a était fait dans la ville de Saintes, d’encadrer les visiteurs tout en valorisant les patrimoines et évite le tourisme déambulatoire dévastateur pour l’environnement et les habitants.
    Bref, la clé d’un tourisme » émulsé » et responsable passe par l’implication des élus dans le secteur du tourisme et comme certains sont démunis devant ces problématique nouvelles ,le rôle de l’état est de mettre en place des sensibilisations pour ces milliers de chef d’entreprise institutionnel puisqu’il n’existe pratiquement pas de grands opérateurs privés en France consacrant leur production à la France.
    Comme le dit le ministre dans l’interview »les petites rivières font de grands fleuves », les petites initiatives locales font une grande politique du tourisme
    Ensuite bien entendu il ya les coopérations public privé ,je l’ai pratiqué pendant de nombreuses années à la tête de Visit France……elles sont possibles et efficaces.
    Bien à toi
    Christian OROFINO

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique