Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Avec 5 nouveaux appareils, Transavia a atteint sa taille critique

Transavia France poursuit son ascension, jusqu’à 6 millions de sièges pour l’été 2019. Mais la compagnie low cost a atteint la taille maximale de flotte prévue par ses statuts. On vous explique tout cela.

« De manière générale, on a fait un très bon été. La clientèle française a bien suivi. Nous sommes toujours rentable et cette année encore, la compagnie augmentera ses bénéfices », se réjouit Nicolas Hénin, directeur général adjoint commercial et marketing de Transavia.

La filiale française du groupe Air France-KLM est en train de se développer à toute vitesse. L’offre a augmenté de 20% durant l’été 2018, le nombre de pax a gagné 20 points et le taux de remplissage s’élève désormais à 95% (+2%).

Neuf nouvelles destinations

Comment expliquer un tel essor ? La compagnie, encore revendue pour un tiers en agence, mise beaucoup sur les aéroports de région et particulièrement sur celui de Nantes. Sur les 9 nouvelles destinations de 2019, cinq ouvriront au départ de Nantes (3 à Paris-Orly et 1 au départ de Lyon). Soit plus de 70% de sièges supplémentaires (781 000).

« Nous avons pour objectif de devenir les leaders vers l’Europe depuis Nantes. On a encore plein de destinations à développer. Il faut solidifier nos bases, et confirmer notre position de leader acquise à Orly », précise Nicole Hénin.

Des discussions obligatoires avec les syndicats

Oui mais voilà, pour répondre à tous ces objectifs, Transavia va devoir augmenter sa capacité. « Nous augmentons déjà de cinq appareils en 2019 (Boeing 737-800), mais c’est vrai que pour continuer à croître, il faudra passer la barre fatidique des 40 avions. Il y aura forcément des discussions en interne », reconnait le directeur général adjoint.

Rappelez-vous, ce quota  de 40 avions maximum chez Tansavia avait été négocié par les syndicats de pilotes. Si cet accord n’est pas renégocié, Transavia devra stopper son développement. Pour la compagnie low cost, cela devient urgent. Dès 2019, Ryanair souhaite ouvrir des bases en région, et EasyJet en ouvrira une sixième à Nantes, justement….