Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Après la levée des restrictions, la Grande-Bretagne veut reconquérir ses touristes

La pandémie a porté un rude coup au tourisme britannique. Mais même si la reprise s’annonce hyper concurrentielle, la destination se fixe des objectifs ambitieux pour 2022.

Après deux ans de pandémie, on ne s’habitue toujours pas au plongeon abyssal des statistiques de fréquentation. Empêtrée entre Brexit et Covid, la Grande-Bretagne n’a évidemment pas échappé à la tendance générale, dévissant en 2021 encore plus qu’en 2020. L’an dernier, la destination a accueilli 600 000 visiteurs français, un chiffre en baisse de 80% par rapport au 3,6 millions de touristes qui avaient fait le voyage depuis l’Hexagone en 2019. Les dépenses ont suivi la même pente, passant de 1,4 milliard de livres en  2019 à 0,2 en 2021. Des chiffres inimaginables il y a encore deux ans sur un marché essentiel pour la destination : la France représente en temps normal son 2e marché en nombre de visiteurs, et le 4e en termes de dépenses.

Heureusement, les perspectives s’annoncent meilleures pour 2022 et un vent de reprise flottait mardi matin à l’Ambassade du Royaume, à Paris, où VisitBritain a exposé sa stratégie de relance devant un parterre de professionnels du tourisme. Depuis quelques jours, le Royaume-Uni a en effet levé la quasi-totalité des restrictions de voyages, ouvrant grand les portes aux voyageurs complètement vaccinés. Les autres doivent encore effectuer deux tests de dépistage, avant le voyage et à J+2, mais ne sont plus soumis à aucune mesure de quarantaine.

De quoi pousser un ouf de soulagement pour les pros présents et entrevoir un vrai redémarrage de l’activité si la situation sanitaire se maintient. Si la Grande-Bretagne n’envisage par le retour à des niveaux similaires à ceux de 2019 avant 2023-2024, la France est toutefois considérée comme l’un des marchés européens où la croissance sera la plus rapide. Signal positif : après s’être effondrées en 2020 et 2021, les capacités aériennes au départ de la France vers le UK flirtent déjà avec celles de 2019. La Grande-Bretagne se classe aussi au 6e rang parmi les destinations concurrentes envisagées en Europe (pour un voyage de loisirs), et première destination d’Europe du Nord.

Et l’année 2022 s’annonce riche en événements, qui offrent un coup de projecteur bienvenu à la destination après deux années de disette touristique. A commencer bien sûr par le Jubilé de Platine de la Reine Elizabeth II, marquant les 70 ans de son accession au trône. Il sera célébré du 2 au 5 juin mais les festivités dureront en réalité tout au long de l’année 2022, portées par de nombreuses expositions et événements. 

Un calendrier événementiel qui s’annonce bien chargé, avec notamment UK – Unboxed 2022, un grand festival célébrant la créativité sous toutes ses formes, en combinant des événements et expériences dans le domaine de la science, de la technologie, de l’ingénierie, des arts et des mathématiques. Il se déroulera en Angleterre, en Ecosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. La destination accueillera aussi plusieurs événements sportifs internationaux, et notamment l’UEFA Women’s Euro 2022 ou la Rugby League World Cup, à l’automne.

Amorcer un changement d’image

En termes d’offre touristique, des nouveautés sont également attendues : la création du Shakespeare North Playhouse à Prescot, près de Liverpool (été 2022), réplique d’un théâtre Élisabéthain, la poursuite de la création du plus long chemin de randonnée au monde, l’England’s Coast Path, nouveau sentier qui englobe l’ensemble des sites naturels remarquables de la côte anglaise, dont le premier tronçon a ouvert en 2016. Du côté de l’Ecosse, qui choisit chaque année une thématique, 2022 sera « l’Année des histoires », et offrira aux visiteurs de redécouvrir le pays à l’aune de ses contes locaux, de ses traditions orales et des grandes histoires.

Pour appuyer sa stratégie de reconquête, la destination investit également un million d’euros dans un vaste dispositif de communication pour susciter à nouveau l’envie de voyage mais pas seulement. Avec cette opération, VisitBritain veut aussi entamer un changement d’image à long-terme : moins de monuments et de patrimoine, et plus d’expériences, en ciblant prioritairement les « Buzz Seekers » âgés de 20 à 44 ans, actifs, hyperconnectés, en quête de nouveautés et d’expériences mémorables. Son accroche : “Bienvenue dans une autre Grande-Bretagne”.

L’équipe de VisitBritain  en est consciente, il faudra encore s’employer à lever certaines incertitudes dans la tête des voyageurs, liées notamment aux conséquences du Brexit sur les formalités de voyage. Le passeport est en effet obligatoire depuis le mois d’octobre, mais il n’est pas nécessaire d’obtenir un visa pour les séjours touristiques d’une durée inférieure à six mois. Bon à savoir également : les Cartes Européennes d’Assurance Maladie (CEAM) sont toujours valables dans « l’après-Brexit », ainsi que les permis de conduire européens.

Les pros sont conviés à participer au salon Explore GB Virtual qui aura lieu du 22 au 25 mars 2022, qui réunira 350 professionnels du tourisme britannique et permet de les rencontrer par via des rendez-vous individuels préprogrammés. Les inscriptions (gratuites) sont ouvertes jusqu’au vendredi 18 février.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique